Belgique en guerre / Événements

Les arrestations de mai 1940

Auteur : Seberechts Frank (Institution : ADVN)

Une opération chaotique

Lors de l'invasion allemande de mai 1940, les autorités belges arrêtent quelque 6.000 à 8.000 suspects. Il s'agit notamment de communistes, de national-socialistes, de rexistes et de nationalistes flamands. Mais on arrête surtout des étrangers. La plupart d'entre eux viennent d'Allemagne et d'Europe de l'Est. Ce sont souvent des réfugiés juifs et antifascistes.

Les arrestations ont été préparées pendant les mois qui précèdent par le gouvernement et par la justice, qui ont notamment dressé des listes de suspects. Mais l'avance rapide des troupes allemandes et l'effondrement de l'administration de l’État font que l'opération se déroule de façon assez chaotique. Bien souvent, la responsabilité des arrestations finit par incomber à des niveaux de pouvoir inférieurs.

Les camps de concentration

524036
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : Droits Réservés
Légende d'origine : Eerstdaags verschijnt: Het Bloedbad van Abbeville door Mouritz van Gijsegem. Het verhaal van de Spionnenkoorts 1940 en van de moord op Joris van Severen (20 Mei 1940)- Voorwoord van Dr. Aug. BORMS 120 bladzijden, met talrijke afbeeldingen en 2 Kaarten -PRIJS ingenaaid * 20 FRANK bij inteekening vóór 10 Juni : 15 frank LUXE-UITGAVE (gebonden) : 50 FRANK Men kan inteekenen bij alle boekhandelaars en bij Uitgeverij-Boekhandel VOLK en STAAT ANTWERPEN : Appelmansstr. 1, P.C. 1136.86 - BRUSSEL : Ad. Maxlaan 85, P.C. 1143.23 GENT: Kalanderberg 7, P.C.123.29 - LEUVEN: Bondgenoolenlaan 67, P.C.82.73 - LIER: Berlaarstr.45

La plupart des personnes arrêtées sont emmenées en train ou en autocar vers la France ; quelques dizaines d'entre elles sont transférés au Royaume-Uni. Pendant le transport, les prisonniers sont souvent maltraités. Certains trouvent même la mort. C'est le cas du chef du Verdinaso Joris Van Severen, fusillé avec plusieurs de ses compagnons de captivité à Abbeville. Des milliers de prisonniers aboutissent dans des camps de concentration dans le Sud de la France, où ils vivent dans des conditions misérables.

De retour en Belgique ?

La majorité des prisonniers belges rentrent au pays à l'été 1940. Beaucoup d'entre eux bénéficient d'un soutien juridique et d'une indemnité. Parallèlement, les partis collaborationnistes se servent de ce qui leur est arrivé à des fins de propagande. Les Juifs, eux, n'ont pas la chance de rentrer en Belgique ; la majorité d'entre eux se retrouveront ensuite à Auschwitz, via Drancy. Pendant et après la guerre, on cherchera à trouver le responsable des arrestations. En définitive, on conclura qu'il s'agit en première instance du ministre de la Justice, Paul-Emile Janson, décédé à Buchenwald en mars 1944.

Bibliographie

Seberechts, Frank. De Weggevoerden van Mei 1940. Antwerpen: Bezige Bij, 2014.

Trachet, Tim. Het Drama van Abbeville. Antwerpen: Houtekiet, 2009.

Vlaemynck, Carlos. Dossier Abbeville: Arrestaties En Deportaties in Mei 1940. Leuven: Davidsfonds, 1977.


Pour en savoir plus...