Belgique en guerre / Lieux

La citadelle de Huy

Thème - Justice

Auteur : Nefors Patrick (Institution : MRA)

La citadelle de Huy, construite en 1818, est placée sous l’autorité de la Wehrmacht. Durant l'Occupation, on y interne quelque 6.500 personnes, des Belges mais aussi des étrangers. Dans les premiers mois, il s'agit de Britanniques mais, sur l'ensemble de l'Occupation, les Français seront les plus nombreux.

En juin 1941, on y enferme des ouvriers mineurs français en grève, venus des départements du Nord  et du Pas-de-Calais (également sous l’autorité d'Alexander von Falkenhausen). Après l'invasion de l'Union soviétique, des communistes. Mais la principale catégorie de prisonniers à Huy sont les otages. On peut également se retrouver enfermé pour d’autres raisons : actes de résistance, banditisme, marché noir, réfractaire au travail obligatoire, etc.

À partir du 22 septembre 1941, Huy est aussi – tout comme Breendonk – un camp de transit d'où l'on est déporté vers des camps de concentration (surtout Vught et Neuengamme). En comparaison avec Breendonk ou avec les camps de concentration, le régime carcéral à Huy est relativement clément. Après la Libération, on y interne des « inciviques ».

Bibliographie

Lejeune, Marie. “La Citadelle de Huy Pendant La Seconde Guerre Mondiale.” MA Thesis, Université de Liège, 2001.

Thiery, Laurent. La Répression Allemande Dans Le Nord de La France : 1940-1944. Villeneuve d’Ascq: Presses universitaires du Septentrion, 2013.


Pour en savoir plus...

165345.jpg Articles Otages Verhoeyen Etienne
165130.jpg Articles Répression allemande Roden Dimitri