Belgique en guerre / Personnalités

Andrée Geulen-Herscovici

Auteur : Corthals Michèle (Institution : Universiteit Antwerpen)

Indignée par la stigmatisation à l’encontre des Juifs

Andrée Geulen a vu le jour dans une famille de la bourgeoisie libérale bruxelloise. Elle effectue des études pour devenir institutrice et commence à travailler dans une école primaire de la capitale en 1942. Jusqu’au moment où elle se retrouve confrontée dans sa classe à des enfants portant l’étoile jaune, elle n’est pas consciente des diverses ordonnances anti-juives déjà en vigueur à ce moment-là. 

Indignée par cette stigmatisation, Andrée enjoint d’abord à ses élèves de porter un tablier par-dessus afin de la dissimuler. Progressivement, elle voit ses élèves disparaître de sa classe au fur et à mesure de l’arrestation des parents.

Andrée Geulen
Droits d'auteur : Droits réservés (Suzanne Vromen, Hidden Children of the Holocaust)
Légende d'origine : Andrée Geulen (à droite) et Ida Sterno après la Libération en 1944. C'est à la demande d'Ida Sterno qu'Andrée Geulen rejoint le Comité de Défense des Juifs en 1942.

Cacher des enfants

andrée Geulen.jpg
Institution : Kazerne Dossin - Fonds Geulen
Droits d'auteur : Kazerne Dossin - Fonds Geulen
Légende d'origine : Andrée Geulen durant l'occupation

Au printemps 1943, Andrée rejoint le Comité de Défense des Juifs (CDJ) à la demande d’Isa Sterno qu’elle a connue dans son milieu professionnel. Andrée devient ainsi l’une des membres non-juives de la section enfants du CDJ. Sa tâche consiste à contacter des familles juives, à les convaincre de se séparer des enfants, de doter ces derniers d’une fausse identité et de les conduire en un lieu où ils pourront être cachés. Entre le printemps 1943 et la libération de septembre 1944, Andrée accompagne plus de 300 enfants juifs dans un lieu où ils sont cachés.

 

Un engagement dans la durée

Après la libération, Andrée reste engagée au sein de la communauté juive. Elle s’engage au sein de l’Aide aux Israélites Victimes de la Guerre (AIGV) qui succède au CDJ et offre une aide sociale aux victimes juives. Elle reste en contact avec les enfants qu’elle a contribué à cacher. En 1948, elle épouse Charles Herscovici, un juif d’origine roumaine dont les parents sont morts à Auschwitz. Le couple s’engage pour la cause démocratique, pacifiste et anti-raciste. En 1989, Andrée Geulen-Herscovici se voit attribuer le titre de Juste parmi les Nations par l’Etat d’Israël. 

Bibliographie

VROMEN, Suzanne. Hidden Children of the Holocaust: Belgian Nuns and their Daring Rescue of Young Jews from the Nazis. New York, Oxford University Press, 2008.

Un simple maillon, film de Frédéric Dumont et Bernard Balteau, datant de 2002. Andrée Geulen et une série d’enfants Juifs cachés par le Comité de Défense des Juifs y racontent leur vécu. Le film peut être visualisé ici  (https://vimeo.com/266662799)  

En savoir plus

bso-97-j-bourgeois.jpg Articles Persécution des Juifs sous l'Occupation allemande Schram Laurence
Comité de Défense des Juifs Articles Comité de Défense des Juifs Styven Dorien
Razzia Brussel Articles Grandes rafles Schram Laurence