Belgique en guerre / Personnalités

Georges Devos

Thème - Collaboration

Auteur : Wouters Nico (Institution : CegeSoma)

En 1940, l'avocat namurois Georges Devos (1901-1958) est un partisan modéré de l'Ordre nouveau. Les Allemands le considèrent comme acceptable en tant que nouveau gouverneur de Namur. Il restera cependant en marge de la collaboration

Avant l'occupation

Avocat namurois inscrit au barreau depuis 1923 et officier aviateur de réserve, Georges Devos ne dispose d'aucun mandat politique actif. En juin 1940, il soutient le "Comité de gestion administrative" mis en place par le secrétaire général Jean Vossen dans la province de Namur pour combler le vide laissé par le départ en exode du gouverneur libéral François Bovesse et de toute la députation de la province de Namur. Après le retour des membres de la députation, Devos s'oppose à leur réintégration. Pendant l'été, jugé favorable à l'Ordre nouveau, il est accepté par l'occupant allemand. 

260492-vue-de-namur.jpg

Gouverneur de Namur en 1940

prov-de-namur-21-8-1940-p-4.png

Le 17 août 1940, le secrétaire général Vossen le nomme gouverneur (ad interim) de Namur, après la destitution de Bovesse pour abandon de poste par les autorités allemandes. Devos fait donc partie des huit nominations de nouveaux gouverneurs en août 1940.

Comme beaucoup d'autres, Devos accepte la victoire allemande et soutient les changements introduits par l'Ordre nouveau au système belge à l'été 1940. Cependant, il reste loyal à l'ordre constitutionnel belge et s'oppose d'emblée aux nominations de collaborateurs de Rex. Il parvient ainsi à retarder quelque peu la prise de pouvoir locale de ce parti dans la province.

 En octobre 1941, Devos, victime d'un accident de la circulation, est remplacé par le gouverneur rexiste du Hainaut, Antoine Leroy. Pendant le congé de maladie de Devos, ce dernier désigne deux adjoints rexistes. L'occupant allemand empêche le retour de Devos :  interdit de fonction en mars 1942, il est remplacé par le prince Emmanuel De Croy.

Après l'occupation

A la Libération, une enquête judiciaire est ouverte sur Devos. Les charges retenues contre lui sont sa nomination comme gouverneur en août 1940, une circulaire ordonnant la remise de livres interdits par les Allemands (12 décembre 1940) ainsi qu'une lettre enjoignant la police communale de garder les institutions militaires allemandes (22 novembre 1940). Sur la base de cette dernière circulaire, des gens ont été sommairement arrêtés et remis aux Allemands. Mais ces deux circulaires ne sont pas considérées comme des faits de collaboration "commis dans l'intention de nuire" au sens de l'article 118bis (collaboration politique). Devos ne fait donc l'objet d'aucune poursuite judiciaire. En 1948, il devient bâtonnier de l'Ordre des avocats et, peu après, vice-président de la Fédération nationale des avocats de Belgique. Il décède le 12 août 1958.

 

vers-l-avenir-10-7-1948-p-3.png

Bibliographie

Nico Wouters, Oorlogsburgemeesters 40-44. Lokaal bestuur en collaboratie in België, Lannoo, Tielt, 2004

Nico Wouters, De Führerstaat. Overheid en Collaboratie in België (1940-1944), Lannoo, Tielt, 2006

Pour en savoir plus

274125.jpg Articles Collaboration en Wallonie Conway Martin
5825.jpg Articles Collaboration administrative Wouters Nico
163793.jpg Articles Justice militaire - répression Rousseaux Xavier