Belgique en guerre / Personnalités

Joseph Daumerie

Thème - Résistance

Auteur : Verhoeyen Etienne (Institution : CegeSoma)

Un engagement comme pilote

Volontaire chez les grenadier depuis 1905, Joseph Daumerie (1888-1942) s’inscrit à l’Ecole royale militaire quatre ans plus tard. En mars 1914, il est promu pilote militaire avec le grade de lieutenant. Au début de la Première Guerre mondiale, il se distingue par sa participation aux vols de reconnaissances aériennes. Le 25 août 1914, son avion est abattu derrière les lignes ennemies. Capturé par les Allemands, il est d’abord incarcérédans une forteresse allemande avant d’être transféré en Suisse pour des raisons de santé. En 1920, il prend la direction de l’école de formation militaire aérienne de Asse transférée à Wevelgem en 1933. Un an plus tard, il prend la direction de l’administration de l’aéronautique civile.

28076-appareil-pour-communiquer-avec-londres.jpg
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Appareil pour communiquer avec Londres

Un des premiers réseaux d’évasion

Dès le mois d’août 1940, Daumerie est impliqué dans la mise sur pied d’un des premiers réseaux d’évasion de Belgique qui s’occupe de soldats belges et britanniques désireux de quitter le territoire. Plus d’une centaine d’entre eux réussissent à prendre la fuite par cette filière. En octobre 1940, Constant Martiny, sous-chef de bureau à l’Administration de l’Aéronautique civile, est parachuté en Belgique. Il est chargé d’une mission pour le compte de l’Intelligence Service. Les deux hommes travaillent désormais ensemble au sein du réseau Martiny-Daumerie. Ils ont pour mission de collecter des renseignements militaires sur l’occupant allemand. En l’espace de quelques mois, le réseau se développe et compte près de 300 agents et auxiliaires. De nombreux renseignements sont transmis à Londres.

Une issue fatale

Le 13 mai 1941, Constant Martiny est arrêté. Peu après, c’est au tour deJoseph Daumerie, de son épouse et de sa fille également impliquées dansle réseau. Incarcéré à saint-Gilles, il est ensuite transféré à la
prison de Lübeck. Il est jugé devant un tribunal militaire allemand et condamné à mort ainsi que 6 de ses compagnons d’armes. Ils sont tous exécutés le 26 août 1942.

 

Bibliographie

Verhoeyen, Etienne. “Missions britanniques et réseau Martiny-Daumerie.” In Jours de Guerre, nr. 6, 1990, p. 7-18.

Voir aussi

268442 Articles Services de liaison avec “Londres” Colignon Alain