Belgique en guerre / Personnalités

Marcel Demonceau

Thème - Résistance

Auteur : Maerten Fabrice (Institution : CegeSoma)

Universitaire, athlète et pionnier de la Résistance

Licencié en sciences économiques et financières de l’Université libre de Bruxelles, Marcel Demonceau (1914-1944) est par ailleurs un athlète : il mesure 1 m 98 et est, avant-guerre, champion interuniversitaire de décathlon. Dès l’automne 1940, il adhère à une organisation clandestine, le Comité de surveillance de l’ULB, qu’il contribue à structurer de façon militaire, fort de son expérience d’officier de réserve. Par l’entremise de son épouse, Rita Demonceau-Bonjean, elle aussi licenciée en sciences économiques et membre du Comité de surveillance de l’ULB, il devient membre à partir de mars 1942 du service de renseignements Luc-Marc. Pour ce réseau, il se charge dès novembre 1942 de rédiger des critiques et des contre-rapports destinés aux agents de tous les secteurs du service. 

ulb-bAtment.jpg
Institution : CegeSoma
Légende d'origine : ULB, s.d.

Un combattant de premier ordre

demonceau_marcel_10685.gif
Institution : Bel-Memorial
Droits d'auteur : Droits réservés
Légende d'origine : Marcel et Rita Demonceau, s.d.

Contraint à l’illégalité à partir de ce même mois, il s’engage dès lors dans l’action directe avec ses hommes du Comité de surveillance. Ainsi, il multiplie de l’automne 1942 au printemps 1943 les sabotages et les prélèvements de timbres. Avec une équipe de Partisans, il prépare même un attentat contre Léon Degrelle. Mais le projet est éventé et, le 4 mai 1943, il n’échappe à l’arrestation qu’en abattant un policier allemand, alors que son épouse est arrêtée. Déportée en Allemagne, elle survivra à l’enfer des camps de concentration. Assailli le 30 juin 1943 par l’occupant dans la maison d’Ixelles où il est caché avec ses hommes, il parvient de nouveau à s’échapper, cette fois après une longue fusillade qui coûte la vie à plus d’une dizaine d’adversaires. Demonceau, qui est également mêlé à une ligne d’évasion de soldats alliés et de patriotes belges, est finalement arrêté le 10 juillet 1943 à La Hulpe. 

Un homme à abattre

Interné à Breendonk, il parvient, le 24 décembre 1943, à sortir de sa cellule et à assommer une sentinelle, fait unique dans les annales de ce bagne, avant de se faire surprendre par une patrouille. Copieusement battu à de nombreuses reprises depuis son arrestation, il est fusillé à Breendonk le 22 février 1944. 

Pour se souvenir

Une plaque et un pavé de la mémoire commémorent l’héroïsme de Marcel Demonceau au domicile des époux Demonceau, 45, rue Camille Lemonnier à Ixelles. Et dans la même commune, une autre plaque apposée sur la façade du 40, rue Van Volsem, rappelle que le 30 juin 1943, Marcel Demonceau et trois de ses hommes y résistèrent pendant trois heures à l’assaut de 200 policiers et soldats allemands. 

Bibliographie

Franckson, Marcel et Burniat, Jacques, Chronique de la guerre subversive 1941-1944. Le service Hotton en Thiérache, Bruxelles : FDM Edition, 1996, p. 50, 55, 57, 59-60 et 446-450.

Voir aussi

165130.jpg Articles Répression allemande Roden Dimitri
260126 Articles “Groupe Franckson” (Le), des experts en guérilla Colignon Alain
27948.jpg Articles Résistance Maerten Fabrice
jean-burgers.jpg Articles Groupe G Maerten Fabrice