Belgique en guerre / Personnalités

Robert Maistriau

Thème - Résistance

Auteur : Maerten Fabrice (Institution : CegeSoma)

Homme d’action, Robert Maistriau (1921-2008) se distingue par sa participation à l’attaque du XXe convoi en route pour Auschwitz, mais aussi par son efficacité comme acteur et organisateur de sabotages.

Un rôle essentiel dans le sauvetage de déportés juifs vers les camps de la mort

Ayant grandi dans un milieu très imprégné de patriotisme, il a fait ses études secondaires à l’Athénée d’Uccle d’où est d’ailleurs issue la fine équipe qui s’attaque au XXe convoi. Etudiant à l’Université libre de Bruxelles au début de l’Occupation, il est sollicité en avril 1943 par son ami Youra Livschitz pour participer à la libération de Juifs en partance vers Auschwitz. Il prend une part prépondérante à l’action, permettant notamment l’ouverture d’un wagon ce qui permet l’évasion de dix-sept personnes.

statue_20th_convoy_2.jpg
Institution : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Statue_20th_convoy_2.jpg
Collection : WO2 at Dutch Wikipedia / CC BY-SA (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/)
Légende d'origine : Deuxième stèle réalisée à la mémoire de l'action de résistance contre le XXe transport de Juifs. Lieu: gare de Boortmeerbeek.

Un organisateur hors pair

ii4-sabotage-aux-chemins-fer-par-le-service-cf-25-2.jpg
Institution : CegeSoma
Légende d'origine : Le Groupe G pratique de nombreux sabotages ferroviaires. Ce mouvement peut notamment s’appuyer sur la compétence des cheminots qui forment l’ossature du sous-groupe CF25, comme en témoigne ce sabotage particulièrement bien réussi.

Membre du Groupe G depuis le printemps 1943, il fuit dans le maquis des Ardennes après avoir été arrêté une première fois et avoir réussi à s’enfuir. En août 1943, il prend la tête du groupe G de la région du Brabant. Il y est notamment impliqué dans plusieurs actions contre le réseau ferroviaire et les lignes téléphoniques de l’occupant. En octobre 1943, il est chargé de l’organisation et du recrutement pour le Groupe G dans le Hainaut, avant d’exercer les mêmes fonctions à l’échelon national à partir de décembre 1943. Il est également responsable pour la partie wallonne du pays de l’organisation de « la grande coupure », opération coordonnée de sabotage de pylônes à haute tension effectuée en janvier 1944 qui fait perdre à l’Allemagne plus de dix millions d’heures de travail. Arrêté le 20 mars 1944 à Bruxelles, il est détenu à Saint-Gilles, transféré à Breendonk avant d’être déporté à Buchenwald.

Le Congo, sa seconde patrie

Rentré très affaibli, il reprend ses études et devient ingénieur. En 1949, il part pour le Congo où il demeure pendant quarante ans à la tête d’une exploitation de bétail, puis forestière. Ce dernier projet, qui œuvre au développement écologique, social et économique de la région, lui survit.

Des hommages tardifs

Si son engagement a longtemps été passé sous silence, plus récemment, des hommages se sont multipliés. En août 1994, il a été déclaré Juste pour sa participation à l’attaque du XXe convoi. En novembre 2005, il est fait docteur honoris causa de l’Université libre de Bruxelles. En 2008, un mois avant sa mort, il est fait citoyen d’honneur de Woluwe-Saint-Lambert-  où il s’est installé à son retour du Congo - ainsi que de Boortmeerbeek – où l’attaque du XXe convoi a eu lieu. Son nom est également donné à une école sur le territoire de la commune de Woluwe-Saint-Lambert.

Bibliographie

Michiels, Marc, In memoriam Robert Maistriau (1921-2008) : brochure herdenking 10 mei 2009, s.l.n.d., 2009.

Schram Laurence, « Robert Maistriau » in Nouvelle Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2016, pp. 234-236.

Voir aussi

jean-burgers.jpg Articles Groupe G Maerten Fabrice
27948.jpg Articles Résistance Maerten Fabrice