Belgique en guerre / Personnalités

Victor Matthys

Thème - Collaboration

Auteur : Colignon Alain (Institution : CegeSoma)

Présent aux côtés de Léon Degrelle dès le début des éditions Rex à Louvain, Victor Matthys (1914-1947) se fait vite remarquer pour sa fidélité envers le Chef de Rex, son attrait pour l’Ordre nouveau et pour sa médiocrité intellectuelle.

Chef ad interim

Nonobstant (ou peut-être grâce à) ces particularités, Degrelle l’introduit au Pays réel comme journaliste. Devenu ouvertement pro-nazi avant la guerre, il est arrêté comme suspect et expédié en France le 10 mai 1940. De retour en Belgique, il devient rédacteur responsable du quotidien rexiste dès sa réapparition puis  Chef fédéral de la Propagande en mai 1941. Consécration suprême : au départ de Degrelle pour le front de l’Est en août 1941, il désigne Matthys comme ‘Chef de Rex ad interim’.

Degrelle sait qu’avec le choix du très fidèle Matthys, il n’ a rien à craindre pour sa place de leader au sein du Mouvement rexiste.

32380.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Belgapress
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Non légendée

La course à la radicalité

32379.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Sipho
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : En commémoration aux héros morts sur le front intérieur et face à l'ennemi bolcheviste, une céremonie eut lieu aux Beaux-Arts le 21/5/1942. [Frei gegeben durch zensur]

De fait, Matthys va docilement orienter Rex dans la voie d’une radicalité collaborationniste de plus en plus poussée, adhérant dès l’automne 1942 au concept de ‘Germanité des Wallons’. Matthys accompagne Degrelle à Paris, au palais de Chaillot, le 5 mars 1944 pour parader devant le gratin de la collaboration française. Cela ne l’empêche pas de participer personnellement aux moins nobles besognes, dont le ‘massacre de Courcelles’ du 17-18 août 1944.

Libération et derniers efforts

Evacué vers l’Allemagne à la Libération, il s’installe à Berlin et de là, il s’applique à maintenir le rexisme en vie via la presse. Après avoir essayé de constituer un Comité de Libération à la veille de la Bataille des Ardennes, il assiste à l’échec de ses efforts et se résigne à dissoudre Rex en mars 1945.

Capturé, jugé et condamné à mort, il sera exécuté à Charleroi le 10 novembre 1947.

Bibliographie

De Bruyne, Eddy. Encyclopédie de l’Occupation, de la Collaboration et de l’Ordre nouveau en Belgique francophone (1940-1945). La-Roche-en-Ardenne: Cercle d’histoire et d’archéologie Segnia, 2016.

Etienne, Jean-Michel. Le Mouvement Rexiste Jusqu’en 1940. Paris: Colin, 1968.

Conway, Martin, Marc Efratas, Alain Dantoing, and José Gotovitch. Degrelle : Les Années de Collaboration : 1940-1944 : Le Rexisme de Guerre. Ottignies: Quorum, 1994.

Pour en savoir plus...

283554 Articles Rex Conway Martin
274125.jpg Articles Collaboration en Wallonie Conway Martin
93220.jpg Articles Exécution - répression Campion Jonas