Belgien im Krieg / Ereignisse

Massacre de Forêt-Trooz

Thema - Widerstand

Verfasser : Colignon Alain (Institution : CegeSoma)

Des résistants mal armés

En septembre 1943, le château del Marmol, situé sur le territoire du petit village de Forêt-Trooz, devient le refuge « Cheval » de l’ « Armée de Belgique » (future « Armée Secrète ») pour le secteur 2 de sa Zone V. Il s’agit autrement dit d’un centre de rassemblement dans la  phase de mobilisation précédant l’insurrection nationale.

Le village est situé à peu de distance de Liège, non loin de deux voies de communication importantes en direction de l’Allemagne.

Suite à un manque criant d’armes parachutées, l’équipement des volontaires de toute provenance ainsi rassemblés demeure très incomplet en vue de la libération (3 septembre 1944).Dès lors, un ordre de dispersion est donné mais, de toute évidence, tous n’en sont pas avisés.

Un affrontement qui vire au massacre

Les conséquences sont dramatiques. Au soir du 5 septembre, 4 à 500 hommes se trouvent encore autour du Refuge « Cheval ». Repéré par les Allemands, le groupe est attaqué au matin du 6 par une compagnie de Landesschützen. Le bref affrontement tourne au massacre. Tandis que 36 résistants sont liquidés à Forêt même et que le château del Marmol ainsi que sa ferme sont incendiés, deux dizaines d’autres sont abattus le soir même par la Sipo-SD du Kommandeur  Strauch sur le pont-barrage de l’île Monsin. Au total, 64 résistants perdent la vie dans ces affrontements, quelques heures avant la Libération de la région. 

img_4203-final.jpg
Institution : Cegesoma
Legende des Ursprungs : Plan du château del Marmol à Forêt-Trooz et environs.

Bibliographie

Marquet Victor, « La tuerie de Forêt-Trooz », in Jours de Guerre, n°19, 1995, p. 102-115.