Belgien im Krieg / Ereignisse

Libération de Bruxelles

Verfasser : Kesteloot Chantal (Institution : CegeSoma)

3 septembre 1944, 18h50, les rues de Bruxelles sont désertes. Depuis le matin, Radio Londres diffuse la Brabançonne. La rumeur circule que les Alliés sont aux portes de la ville. Les Bruxellois respectent la consigne diffusée par la radio et les mouvements de résistance : « restez chez vous ! ». Il ne faut surtout pas entraver les mouvements des libérateurs. Vers 19h45, un char traverse le boulevard… C’est un Cromwell, ce sont les Britanniques ! Le tout premier char de la libération est en centre-ville, il est conduit par le jeune lieutenant John Dent des Welsh Guards. C’est la première division blindée à atteindre Bruxelles au soir du 3 septembre.

 

Dans le sillage des troupes britanniques, les Belges ! « C’est du délire », la foule se presse le long des grands axes de la capitale. Une vraie cohue pour acclamer les soldats de la First Belgian Independant Brigade Group perchés sur les toits de leurs camions. Les mouchoirs s’agitent, les mains se tendent, c’est l’effervescence tout le long du cortège jusqu’à la Grand-Place, lieu emblématique d’une capitale enfin libérée. Au soir du 2 septembre, la Brigade Piron était pourtant encore bien loin de Bruxelles. Mais pour le Général Brian Horrocks qui dirige les opérations, pas question d’entrer dans la capitale sans quelques ‘Belgians’.