Belgien im Krieg / Persönlichkeiten

Ferdinand Vercnocke

Thema - Kollaboration

Verfasser : Brems Elke (Institution : KUL)

Figure de proue de la collaboration culturelle

Ferdinand Vercnocke (1906-1989) est avocat de formation. Dans l'entre-deux-guerres, il se rallie au nationalisme flamand. Il occupe alors, notamment, des fonctions dirigeantes au sein de l'Algemeen Katholiek Vlaams Studentenverbond et du Katholiek Vlaams Hoogstudentenverbond. Son cœur penche pour la poésie plutôt que pour le barreau. Il publie son premier recueil de poèmes, Zeeland, en 1934. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le poète devient l'une des figures de proue de la collaboration culturelle. Il croit fermement en l'Ordre nouveauet le fait savoir dans ses poèmes et essais. Il évolue rapidement en direction du national-socialisme. Sympathisant du Vlaams Nationaal Verbond (VNV) au début de la guerre, il adhère à la SS-Vlaanderen vers la fin du conflit.

Des mythes et des héros

ceges-aa-157-83-ferdinand-vercnocke
Institution : CegeSoma
Legende des Ursprungs : Non légendée

Sa poésie est pompeuse, souvent inspirée par la mythologie germanique. Selon lui, les mythes sont l'expression d'une vérité originelle. Vercnocke se lance, avec son Koning Skjold de 1935, dans l'écriture de véritables œuvres épiques. Un genre en plein essor pendant la Seconde Guerre mondiale parce qu'il confère un cachet d'héroïsme à la réalité quotidienne. Il écrit par ailleurs des 'poèmes de combat' politiques, comme son fameux Aan Adolf Hitler.

La pureté de la race

Dans sa poésie comme dans ses essais, Vercnocke plaide pour la communauté populaire et contre l'intellectualisme et l'individualisme. Pour lui, un peuple doit être de race pure. L’artiste a une grande admiration pour les théoriciens raciaux. Cependant, il ne sait pas s'il doit qualifier son propre peuple de flamand, thiois, germain ou nordique. Il emploie selon les cas l'une ou l'autre de ces étiquettes, car la relation entre la Flandre et l'Allemagne reste une question délicate, y compris dans les milieux de la collaboration.

Issue

Fin 1945, Vercnocke est condamné à douze années de réclusion. Il est libéré en 1949 et est réhabilité en 1964.

Bibliographie

Beyen, Marnix. « Ferdinand Vercnocke ». In Nieuwe Encyclopedie van de Vlaamse Beweging. Tielt: Lannoo, 1998

Brems, Elke. “De Verkondiger van Het Bloed. De Literaire Opvattingen van Ferdinand Vercnocke in Het Dagblad ‘Volk En Staat.’” Driemaandelijks Tijdschrift van de Auschwitzstichting 50 (1996): 5–22. 


Pour en savoir plus...

32909.jpg Artikel Littérature flamande Brems Elke
96836.jpg Artikel Die intellektuelle Kollaboration in Belgien Colignon Alain
163841.jpg Artikel Algemene-SS Vlaanderen De Wever Bruno