Belgien im Krieg / Persönlichkeiten

​Jef Van de Wiele

Thema - Kollaboration

Verfasser : Seberechts Frank (Institution : ADVN)

Jef Van de Wiele est le créateur et le chef de la DeVlag et, de ce fait, le principal représentant de la branche radicale et pannéerlandaise de la collaboration pendant la Deuxième Guerre mondiale en Flandre.

Les contacts avec l'Allemagne

Jef Van de Wiele (1903-1979) est professeur et devient docteur en philosophie et lettres à l'Université de Louvain en 1936. Il y est actif dans la vie estudiantine. Il y fonde en 1936 une association aux objectifs essentiellement culturels, la Duits-Vlaamse Arbeidsgemeenschap (DeVlag). Via ses contacts avec l'Allemagne, il découvre le national-socialisme. Lors de l'invasion allemande en Belgique, il échappe à l'arrestation des suspects.

19146.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits Réservés
Legende des Ursprungs : Non légendée

La culture national-socialiste

19123.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits Réservés
Legende des Ursprungs : Non légendée

Sous l'Occupation, Van de Wiele reste actif dans le domaine culturel. Il met en avant ce que la Flandre et l'Allemagne ont en commun en matière d'art et de culture. Par ailleurs, il devient membre de la commission chargée d'expurger les manuels scolaires afin qu'ils soient conformes à l'idéologie national-socialiste, et est nommé secrétaire du Nederlandsche Cultuurraad. Il se profile aussi politiquement. En août 1940, il signe l'appel de Staf De Clercq, le chef du Vlaams Nationaal Verbond (VNV), pour la création d'un nouveau mouvement populaire.

La DeVlag dans la SS

À l'été de 1940, il relance la DeVlag. En mai 1941, l'association est intégrée aux structures de la SS. Van de Wiele est désormais porteur d'un message explicitement national-socialiste, qui s'exprime dans plusieurs brochures signées de sa main. Dans Weg met de socialisten ? Nee, neen ! Hier zijn ze ! (À bas les socialistes ? Non, non ! Les voici!), il souligne combien les national-socialistes sont attentifs aux travailleurs. Il écrit également un pamphlet antisémite, Joden zijn ook menschen (Les Juifs aussi sont des hommes). Fin 1942, il publie Op zoek naar een vaderland (À la recherche d'une patrie). Il y situe l'avenir de la Flandre dans le Reich germanique, national-socialiste, d'Adolf Hitler. Pendant toute la durée de l'Occupation, Van de Wiele reste le chef de la DeVlag. Il collabore avec la SS contre le VNV et la Militärverwaltung dans la lutte pour le pouvoir en Flandre. Il parvient au grade de SS-Obersturmbannführer (lieutenant-colonel).

274144.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits Réservés
Legende des Ursprungs : Non légendée

La peine de mort

En septembre 1944, il se réfugie en Allemagne. Il y met en place la Vlaamsche Landsleiding ( le gouvernement flamand en exil). Les Allemands le reconnaissent en tant que chef du peuple flamand et du comité flamand de libération. Après la guerre, il plonge dans la clandestinité. Il est arrêté en mai 1946 et condamné, l'année suivante, à la peine capitale. Cette peine est commuée en travaux forcés à perpétuité, mais il est libéré en 1963.

Bibliographie

Seberechts, Frank. Geschiedenis van de De Vlag: Van Cultuurbeweging Tot Politieke Partij 1935-1945. Gent: Perspectief, 1991.

Seberechts, Frank. “Jef Van de Wiele (1903-1979): Een Biografische Schets. Deel 1: Jef Van de Wiele Vóór de Tweede Wereldoorlog.” Verschaeviana Jaarboek 1987, 1988, 181–203.

Seberechts, Frank. “Jef Van de Wiele (1903-1979): Een Biografische Schets. Deel 2: Jef Van de Wiele 1940-1979.” Verschaeviana Jaarboek 1990-1991, 1992, 265–340.


Pour en savoir plus...

274144.jpg Artikel Duits-Vlaamse Arbeidsgemeenschap (DeVlag) De Wever Bruno
7425.jpg Artikel Gouvernement flamand en exil (Vlaamse Landsleiding) De Wever Bruno
260608.jpg Artikel Vlaams Nationaal Verbond (VNV) De Wever Bruno