Belgien im Krieg / Artikel

Anticommunisme

Thema - Kollaboration

Verfasser : Verhoeyen Etienne (Institution : CegeSoma)

Avant l'occupation allemande, le communisme est l'ennemi commun de tous les partis et groupes conservateurs et de droite en Belgique ; sous l'Occupation, on retrouve un sentiment anticommuniste parmi les collaborateurs mais aussi chez les résistants.

Depuis sa naissance, le communisme est l'‘ennemi intérieur’ des milieux dirigeants conservateurs et de l’Église. En cause :son programme révolutionnaire, qui tend à l'égalitarisme et prône la solidarité internationale des travailleurs. Ces milieux mettent sur pied des organisations et des réseaux anticommunistes, qui dressent des fiches de communistes belges. Bien souvent, ces organisations transmettent les informations dont elles disposent aux services officiels de sûreté. Les milieux anticommunistes surestiment l'influence réelle du communisme belge : ils possèdent à peine neuf sièges au parlement en 1936 et comptent un peu moins de 10.000 membres en 1938-1939.

Anticommunisme et collaboration

Les mouvements fascistes et d'extrême-droite sont évidemment hostiles au communisme pour des raisons idéologiques. Le Vlaams Nationaal Verbond (VNV) et Rex, deux partis engagés dans la collaboration, recrutent des volontaires pour aller se battre sur le front de l'Est, avec les armées allemandes, contre le communisme international. Pour ce faire, ils brandissent l'épouvantail du 'péril communiste', qui constituerait une menace pour 'notre peuple'.

25309.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits Réservés
Legende des Ursprungs : Non légendée

Anticommunisme et résistance

274300
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits Réservés
Legende des Ursprungs : Non légendée

Des tendances anticommunistes existent même dans certaines organisations de résistance. C'est surtout le cas pour la Légion belge, la future Armée secrète, dont les chefs – des militaires – surveillent de près les communistes.

Contribution à la guerre et reconnaissance

À mesure que la guerre avance,  on commence à  reconnaitre la contribution à la guerre de l'Union soviétique et l'anticommunisme passe quelque peu au second plan. Les contacts entre les organisations de résistants et le gouvernement belge en exil aboutissent en 1943 à la reconnaissance du parti communiste comme organisation 'nationale', susceptible de participer éventuellement à un gouvernement après les hostilités. Cette reconnaissance persiste au début de la période d'après-guerre. Mais le début de la Guerre froide (1947) attise à nouveau, plus que jamais, l'anticommunisme.

Pour en savoir plus...

28155.jpg Artikel Parti communiste Maerten Fabrice
23444.jpg Artikel Front de l'Est De Wever Bruno
274125.jpg Artikel Légion Wallonie Plisnier Flore
274127.jpg Artikel Légion Flamande (Vlaams Legioen) De Wever Bruno