Belgique en guerre / Personnalités

Fernand Demany

Thème - Résistance

Auteur : Maerten Fabrice (Institution : CegeSoma)

Journaliste et homme politique, Fernand Demany (1904-1977) est, par son activité à la tête du Front de l’indépendance, une des figures les plus marquantes de la Résistance.

Un don pour le journalisme

Très tôt engagé à la feuille anversoise libérale Le Matin, il est remarqué par la direction du Soir qui l’intègre dans son équipe en 1931. Reporter tout terrain, il se distingue par son esprit d’initiative, sa force de travail et la qualité de sa plume. Jusqu’en 1940, il publie d’ailleurs plusieurs recueils de poèmes ainsi que quelques romans.

fernand-demany
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Fernand Demany, secrétaire général du FI

Au service de la lutte contre le fascisme

Dès les années 1930, il multiplie les articles contre le fascisme et le rexisme, et s’oppose par le même procédé à la politique de neutralité de Léopold III. En février 1941, il lance seul le journal clandestin La Résistance passive, devenu ensuite La Résistance, dont il publie 41 numéros. Jusqu’au printemps 1942, il fournit en outre des articles pour d’autres feuilles clandestines produites dans la capitale, dont La Voix des Belges. L’arrestation de plusieurs responsables de ce journal entraîne son passage dans la clandestinité et le début d’une intense activité pour le Front de l’indépendance (FI).

À la tête du Front de l’indépendance

Approché au début de l’hiver 1941-1942 pour participer à la fondation du grand mouvement de résistance populaire mis sur pied par les communistes, Demany accepte rapidement d’en devenir le secrétaire national. En tant que figure non officiellement communiste – il adhère dans le plus grand secret au parti au printemps 1942 ‑, il s’occupe notamment des contacts en dehors de l’organisation. Par ailleurs, il relaie abondamment les mots d’ordre du mouvement via les multiples organes de presse auxquels il participe et que souvent il crée. Parmi eux, citons en particulier, outre le clandestin La Résistance, désormais affilié au FI, Libération, le Bulletin intérieur du Front de l’indépendance et surtout deux journaux au large rayonnement : Front, l’organe national du mouvement lancé à l’automne 1943, et le Faux Soir.

L’après-guerre : une éphémère consécration

Ministre ‘de la Résistance’ chargé de l’information du 26 septembre au 16 novembre 1944, il mène les manifestations du 25 novembre 1944 contre le gouvernement dont l’échec marque le déclin du FI. Rédacteur en chef de l’hebdomadaire Front  et collaborateur au Drapeau rouge, l’organe officiel du parti communiste, il siège comme député de février 1946 à juin 1950. Exclu du parti pour indiscipline, il rompt ensuite les ponts avec ses anciens camarades du FI. Par la suite, il collabore au journal socialiste Le Peuple, puis encore aux quotidiens Indépendance et La Wallonie, et enfin à l’hebdomadaire Vlan

Bibliographie
Denuit Désiré, Fernand Demany : mousquetaire de la Résistance, le Front de l'Indépendance, le faux "Soir", Bruxelles : La Renaissance du Livre, 1982.
Maerten Fabrice, « Fernand Demany », in : site internet The Belgian War Press, 2012 (https://warpress.cegesoma.be/fr/node/8948).