Le projet

BELGIUM WWII est une nouvelle plateforme virtuelle entièrement consacrée à la Belgique durant la Seconde Guerre mondiale. À l’heure des fake news et autres informations  non contrôlées, le CegeSoma (Centre d’Études et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines) a conçu  une plateforme en ligne offrant une information de qualité sur des faits sensibles relatifs à la Seconde Guerre mondiale. 

Bien que le conflit se soit terminé il y a plus de 70 ans, il continue à peser sur notre société et à faire l’objet de débats et de controverses tant dans l’espace public que dans l’intimité des familles. 

Un projet d’histoire publique au Cegesoma

Pour le CegeSoma (Centre d’Études et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines), Belgium WWII est un projet essentiel. Créé en 1967 pour prendre toutes les mesures nécessaires en vue de recueillir, sauvegarder et inventorier les documents ou archives se rapportant à la Seconde Guerre mondiale en Belgique, le CegeSoma a acquis au fil du temps une véritable expertise dans l’histoire de ce conflit. Cette histoire  reste  une question sensible tant sur le plan politique et sociétal que dans les familles et l’imaginaire collectif. Plus que jamais, le Centre est  convaincu de l’importance de transmettre au grand public le fruit des dernières recherches relatives à cette période par un éclairage clair, scientifique et critique. Grâce à cette nouvelle plateforme virtuelle, le CegeSoma se veut plus que jamais le Centre de référence pour l’étude de la Seconde Guerre mondiale en Belgique.  

Le réflexe digital

Aujourd’hui, le réflexe internet est omniprésent dès lors qu’il s’agit de trouver une réponse immédiate aux questions que l’on se pose. C’est donc tout naturellement via les outils numériques que ce projet, financé par la Politique scientifique fédérale, entend offrir une information de qualité sur le passé de la Belgique en guerre. Le site offre un contenu multilingue (français/néerlandais et, partiellement, en allemand).  

Un site évolutif 

À ce stade, il se concentre sur deux thèmes principaux : la collaboration et la répression d’une part ; la justice en temps de guerre d’autre part. D’autres thèmes tels que la résistance, la vie quotidienne ou encore les persécutions et les enjeux de mémoire suivront. 

Pour en finir avec les mythes sur la collaboration & la répression 

Encore aujourd’hui, la collaboration reste un sujet sensible qui continue de faire l’objet de débats dans notre société, dans les familles. Il est donc essentiel d’apporter un regard qui, à la lumière des recherches les plus récentes, analyse, met en perspective mais aussi offre des clés de compréhension pour appréhender ce thème délicat. L’objectif ? Mettre fin aux mythes tenaces qui l’entourent : la collaboration est-elle exclusivement une affaire d’hommes ? Belgium WWII explore le rôle des femmes dans la collaboration. La collaboration est-elle un phénomène exclusivement flamand ? Belgium WWII analyse les instances qui ont soutenu et défendu l’occupant en Belgique francophone.  

La justice face à des choix cornéliens 

La justice est un des garants du système démocratique. Son rôle fondamental est de sanctionner les délits et de régler les conflits en respectant les règles de l’Etat de droit. En période d’occupation, la justice se retrouve elle-même exposée puisque les pratiques  des occupants ne sont pas nécessairement celles des occupés. En ces temps troublés, les magistrats belges continuent leur travail tout en étant confrontés à la justice militaire de l’occupant. Belgium WWII analyse l’attitude de la justice belge et son évolution au cours du conflit, et plus particulièrement celle des magistrats qui vont être confrontés à des choix difficiles : doivent-ils prêter main forte à l’ennemi ou protéger leurs concitoyens, y compris lorsque ces derniers enfreignent la législation belge ? Les moyens (il)légaux qu’utilisent les tribunaux militaires allemands pour maintenir l’ordre sont également abordés. 

Un dialogue mémoriel au pluriel 

Le site s’adressera aux trois communautés, en livrant un contenu multilingue (français, néerlandais, et partiellement allemand). En Belgique, nous avons toujours eu des difficultés à faire dialoguer les cultures mémorielles des différentes communautés autour de la Seconde Guerre mondiale. La guerre reste un thème qui divise nos trois communautés. Belgium WWII entend donc mener un ‘trialogue’ en donnant aussi voix aux Belges germanophones et à leur histoire singulière. L’objectif est d’offrir un panorama du vécu de chacun.   

Un site pour tous

Belgium WWII s’adresse à un large public.  

Une mine d’informations concises et fiables pour la presse et le monde politique 

La Seconde Guerre mondiale fait encore aujourd’hui l’objet de nombreux débats dans l’espace public. Belgium WWII propose à la presse et au monde politique des textes fiables et concis rédigés par des spécialistes, pour comprendre et interpréter au plus juste le passé de la Belgique en guerre. La plateforme entend ainsi devenir l’outil incontournable pour tout journaliste, homme et femme politique ou intervenant dans l’espace public confronté à l’histoire de ce conflit.

Un outil essentiel pour l’enseignement et l’apprentissage de l’histoire 

Belgium WWII a pour ambition d’être un outil de recherche et d’apprentissage pour les chercheurs et les étudiants (du secondaire à l’université). En plus d’être un site internet - un média qui parle particulièrement aux jeunes ; tous nés à l’heure du ‘tout en ligne’ - la plateforme offre à ceux-ci la possibilité d’approfondir leurs connaissances sur le passé de la Belgique en guerre et de mieux comprendre les nombreux concepts liés au conflit. Belgium WWII met également à la disposition des professeurs d’histoire des dossiers pédagogiques portant sur des contenus essentiels du programme de la cinquième et de la sixième année du secondaire. Chacun d’entre eux comprend une version pour l’enseignant et une version pour l’élève.

Une autre façon de présenter l’histoire au grand public  

Belgium WWII s’adresse aussi au grand public, avec d’autres moyens de communication que ceux propres à l’enseignement et à la recherche. Il mobilise pour cela de nouvelles formes de médiation. L’objectif est d’aider à comprendre le passé. Films d’animation, expositions virtuelles ou récits illustrés de destins de guerre d’anonymes comme de  personnalités plus connues… soit autant de supports attractifs qui permettent une découverte différente du vécu au quotidien et des enjeux du passé.

Digital Storytelling

Belgium WWII mobilise des formes variées de médiation et de transmission du savoir pour permettre au public, dans toute sa diversité, d’appréhender notre passé de guerre. La plateforme combine différents outils et médias : vidéos d’archives ou d’animation, interviews de spécialistes, capsules audio ou images d’archives, mais aussi graphiques interactives et liens. L’objectif est de proposer au public d’appréhender le passé à travers digital storytelling. 

Au cœur de Belgium WWII, quatre formes de médiation

Belgium WWII allie quatre formes de médiation différentes. La plateforme virtuelle propose une expérience de découverte résolument vivante, mêlant savoir et découvertes immersives à l’aide de films d’animation, d’expositions virtuelles, de récits de vie et d’une encyclopédie digitale.  

Cinq questions essentielles - Des films d’animation et des interviews d’experts

Proposer une réponse aux cinq questions que vous vous êtes toujours posées sur différents enjeux de la Seconde Guerre mondiale. Voilà le défi que s’est lancé Belgium WWII dans sa rubrique « Cinq questions essentielles ». Chacune des thématiques est présentée en cinq questions simples et directes. 


Au cœur de la Belgique occupée - Des expositions virtuelles 

Plongez au cœur de la Belgique occupée grâce aux expositions virtuelles. Ces parcours numériques ponctués de photos, de pièces d’archives, de vidéos et de textes explicatifs explorent certains thèmes de manière plus approfondie.


Destins de guerre - Des récits de vie 

En quoi la guerre a-t-elle bouleversé la vie de millions d’anonymes mais aussi de personnalités plus connues ? Voilà la question qui est au cœur de la rubrique Destins de guerre. Sous cette rubrique, Belgium WWII  se propose d’évoquer le vécu de tout un chacun. Des photos, des lettres personnelles et des sources audiovisuelles donneront vie à ces récits. Grâce à cette approche individualisée, le visiteur sera plongé au cœur de l’histoire de l’Occupation.


La Belgique en guerre - Une encyclopédie digitale 

Via les questions essentielles, les expositions numériques et les destins de guerre, le visiteur peut à tout moment se diriger vers l’encyclopédie digitale, le cœur de Belgium WWII. Il y trouvera les contributions écrites par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale. Ces contributions sont destinées à approfondir ses connaissances sur le passé de la Belgique en guerre, et à mieux comprendre les nombreux concepts abordés. Elles sont accompagnées de documents d’archives, d’interviews avec les auteurs, de photos, de graphiques, de schémas, d’orientations bibliographiques et de liens vers d’autres sites.  

Une équipe, un projet

Trois femmes au cœur du projet

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la guerre n’est pas seulement une affaire d’hommes ! Belgium WWII en est la preuve. Derrière le projet se cachent trois femmes : Chantal Kesteloot, Margot Brulard et Tamar Cachet.

Chantal Kesteloot est responsable du secteur Histoire publique du CegeSoma. À ce titre, elle est la coordinatrice principale de Belgium WWII. Ses principaux centres d'intérêt portent sur les mémoires de la guerre et l'histoire nationale; la problématique du nationalisme et des identités nationales. Depuis quelques années, elle multiplie les initiatives à l’attention d’un plus large public.

Pour ce projet, les historiennes Margot Brulard et Tamar Cachet ont été amenées à créer de toutes pièces une nouvelle fonction : celle de curateur digital. Les deux historiennes ont jonglé entre l’histoire et le numérique, la rigueur scientifique et l’imagination. Elles ont tout particulièrement mobilisé leur créativité, non seulement pour l’écriture des textes ou la sélection d’images fortes, mais aussi pour le développement et la ligne graphique du site tout en conservant la rigueur scientifique. Une belle expérience d’histoire publique.


Un comité scientifique d’accompagnement

Fédérateur, le projet Belgium WWII est porté par un comité scientifique composé d’historiens spécialistes de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et représentant les trois communautés linguistiques : Sébastien Dubois (Archives de l’État), Bruno De Wever (UGent), Koen Aerts (UGent), Xavier Rousseaux (UCL), Jonas Campion (UCL), Christoph Brull (ULg).


Conception et réalisation du site

La conception et la réalisation du site ont été confiées à HUGGGY. HUGGGY est une agence de communication qui a fait du « storytelling » une source d’inspiration créative et stratégique essentielle.

Fabian (Hugggy) nous en parle : «  Techniquement tout d’abord, le défi Belgium WWII était de taille car, à travers une administration 100% custom, HUGGGY devait permettre aux équipes du CegeSoma d’exploiter de façon autonome et créative tout le potentiel des archives à sa disposition. Du point de vue design ensuite, il était primordial d’aborder le projet Belgium WWII pour qu’il « parle » au public actuel. En soignant, par ailleurs, la navigabilité du site, le visiteur devait également pouvoir s’y « promener » avec aisance et y construire sa propre expérience. Quoiqu’il en soit, à l’heure où les témoignages s’estompent, une initiative comme Belgium WWII se devait d’être portée et encouragée. Et comme l’actualité nous rappelle qu’il est capital de se souvenir, HUGGGY a tenu à s’investir avec passion dans ce projet et contribuer, à sa manière, au devoir de mémoire.»

Mission accomplie ? A vous d’en juger !

Colophon

Coordination du projet : Chantal Kesteloot

Réalisation : Margot Brulard et Tamar Cachet

Comité d’accompagnement: Sébastien Dubois (Archives de l’État), Bruno De Wever (UGent), Koen Aerts (UGent), Xavier Rousseaux (UCL), Jonas Campion (UCL) et Christoph Brull (ULg)

Conception technique : Hugggy

Ecriture des textes : L’ensemble des auteurs ayant collaboré au projet se retrouve sur la page « Auteur ».

Relecture scientifique : l’équipe scientifique du CegeSoma et le comité d’accompagnement

Traduction : Serge Govaert (fr), Jacques Wittebolle (fr), Widukind De Ridder (nl) et Chris Vermuyten (nl), Christoph Brüll (de), Babel Ophoff Vertalingen (de)

Relecture et Rédaction : Teun De Voeght (nl) et Chantal Kesteloot (fr)

Vidéo d’animation : Tom Van Brugghe

Voix off : One take vzw

Archives vidéo : Sonuma

Archives photographiques et documentaires: CegeSoma, Archives de l’Etat, Historische Huizen Gent, KBR

Recherches de visuels  (photos et archives) :Margot Brulard, Tamar Cachet, Bart Willems (AGR), Andreas Dubois, Hubert Deschamps, Ben Schraverus, Margaux Roberti-Lintermans, Roxane Declercq, Corentin Picquet et Alicia Schamroth.

Vidéos interview : Tamar Cachet et Margot Brulard

Stagiaires : Lucas Sinnaeve, Charlotte Pluym, Andreas Dubois, Hubert Deschamps, Ben Schraverus, Margaux Roberti-Lintermans, Roxane Declercq, Corentin Picquet et Alicia Schamroth

Partenaires : Belspo, UGent, UCL, Ulg, Sonuma, Fond Wernaers, KBR, Instituut voor Publieksgeschiedenis

Les photos, documents et vidéos présentés sur le site Belgium WWII sont protégées. Tout autre utilisation sortant du cadre de cette plateforme virtuelle est strictement interdite.  

Bonne découverte !