Belgique en guerre / Personnalités

Hendrik Elias

Thème - Collaboration

Auteur : De Wever Bruno (Institution : UGent)

Hendrik Elias (1902-1973) est un historien et homme politique nationaliste flamand. Deuxième chef du Vlaams Nationaal Verbond (VNV). Condamné à mort pour collaboration.

De l'université à la politique

Elias passe à côté d'une carrière académique en tant qu'historien en raison de ses activités politiques antibelges. Au début des années trente, il devient avocat et est élu à la Chambre sur une liste nationaliste flamande pour l'arrondissement de Gand-Eeklo. Il adhère au VNV en 1933, et en devient le principal dirigeant après Staf De Clercq. Il écrit le texte des programmes du parti  et appartient, dans le conseil de guidance (Raad van Leiding), à l'aile qui souhaite la création d'un État flamand autonome et autoritaire dans une confédération belge.

31412.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Belgapress
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : De Leider schrijdt in gezelschap van de Kdt. generaal der D.M., het erefront af zijner soldaten.

Bourgmestre et chef du VNV

14658.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Belgapress
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Leider Dr. Elias sprak in het Alhambra te Brussel

Elias se rallie à la politique radicale de Staf De Clercq qui entraîne le VNV à collaborer avec l'occupant. Il fait un pas en arrière au sein du parti en acceptant en décembre 1940 de devenir, sous l'autorité de l'occupant allemand, commissaire-bourgmestre de la ville de Gand. Lorsque De Clercq décède le 22 octobre 1942, il devient le deuxième chef du VNV. Il rompt avec la fraction collaborationniste pangermanique, tout en poursuivant la politique de collaboration de son prédécesseur.

Historien en prison

En 1947, Elias est condamné à mort pour collaboration mais est gracié en 1951. Tout en purgeant sa peine d'emprisonnement à perpétuité, il écrit des ouvrages de référence sur l'histoire du mouvement flamand. Il conseille également Frans Van der Elst, l'un des fondateurs de la Volksunie, qui était son avocat.

Lors de manifestations en faveur de l'amnistie, les participants demandent sa libération. Il est libéré anticipativement en 1959. Dix années plus tard, il se voit décerner le Prix des Provinces flamandes pour ses travaux historiques, malgré les protestations d’organisations d'anciens résistants.

Bibliographie

Verstraete, Pieter Jan. Hendrik Jozef Elias. Biografie. Kortrijk: Pieter Jan Verstraete, 2005.


Pour en savoir plus...

260608.jpg Articles Vlaams Nationaal Verbond (VNV) De Wever Bruno
gotovitch-et-kesteloot_collaboration-rApression Articles Historiographie et collaboration Kesteloot Chantal