Belgien im Krieg / Artikel

Musique

Thema - Kollaboration

Verfasser : Erauw Willem (Institution : UGent)

Back to normal ?

Après les semaines chaotiques qui suivent l'invasion allemande, la vie musicale reprend ses droits. De nombreux groupes jouent avec moins de musiciens, parce que certains de ceux-ci ont fui ou sont morts. Dans les orchestres classiques, les mesures antijuives aboutissent à l'exclusion des nombreux musiciens juifs. La majorité des musiciens reprennent leur travail, pour des raisons alimentaires.

La vie musicale se caractérise par une importante présence allemande. Les militaires allemands assistent en grand nombre aux concerts classiques. De grands orchestres et chœurs allemands se produisent régulièrement en Belgique, le Berliner Philharmoniker ou les Wiener Sängerknaben font figure d'ambassadeurs culturels du régime nazi.

12059.jpg
Institution : CegeSoma
Sammlung : Belgapress
Urheberrecht : CegeSoma
Legende des Ursprungs : Non légendée

La création stagne

12040.jpg
Institution : CegeSoma
Sammlung : Sipho
Urheberrecht : CegeSoma
Legende des Ursprungs : Premier concert de la société philharmonique de Bruxelles dirigé par le Generalmusikdirektor Hans Weisbach de Vienne. L'orchestre pendant l'exécution d'un morceau. [7/9/1942] [Frei gegeben durch zensur]

Pendant les années de guerre, la création musicale stagne. On n'observe guère de renouvellement ni d'expériences inédites ; le répertoire traditionnel domine les programmes, où est interdite l'exécution d’œuvres de compositeurs juifs. Il y a une certaine flamandisation : les opéras sont chantés en néerlandais à Gand et à Anvers, des organisations musicales liées à l'Ordre nouveau se livrent à des activités de propagande musicale, le Vlaams Nationaal Zangverbond (VNZ) – porte-parole de la collaboration- connaît un grand essor.

Une distraction bienvenue

Avant la diffusion massive du disque phonographique, écouter de la musique est un événement en soi. Pendant les années d'Occupation, la musique est une distraction bienvenue pour le grand public. Malgré les restrictions imposées par l'idéologie nazie, on continue de danser sur la musique de variété et de music-hall. Le swing, en particulier, procure joie et délassement à une population en proie à des difficultés sans nombre.

Bibliographie

Erauw, Wilhelm. “Musique.” Edited by Paul Aron and José Gotovitch. Dictionnaire de La Seconde Guerre Mondiale En Belgique. Bruxelles: André Versaille, 2008.


Pour en savoir plus...

130093.jpg Artikel Culture Beyen Marnix