Belgien im Krieg / Artikel

Collaboration artistique

Thema - Kollaboration

Verfasser : Devillez Virginie

Structure corporatiste communautarisé

La scène artistique de collaboration se structure efficacement grâce à des associations telles la DeVlag et la Communauté culturelle wallonne (CCW) qui facilitent l’organisation de la profession sur base corporative.

De plus, la création des grandes agglomérations accélère le processus de collaboration artistique au niveau communal ;  en témoignent, à Bruxelles, l’organisation d’expositions au Musée Speeckaert et, à Charleroi, les expositions organisées dans les locaux de l’hôtel de ville.

Toutefois, les cimaises présentent souvent les mêmes artistes ;  les seuls à accepter ce compromis avec l’Ordre nouveau, soit par idéal politique, soit par intérêt, y voyant une revanche sur le champ artistique. Ce cas de figure est flagrant à Charleroi où exposent fréquemment Georges Wasterlain, Marcel Delmotte, Gilberte Dumont …

74710.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits Réservés
Legende des Ursprungs : Non légendée

Voyages en Allemagne

33342.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits réservés
Legende des Ursprungs : Flämische Künstler bei Reichsminister Dr. Goebbels.Auf Einladung von Reichsminister Dr. Goebbels weilen zurzeit flämische Künstler in Deutschland. Am 11.12.40 wurden sie von Dr. Goebbels in den Räumen des Reichsministeriums für Volksaufklärung und Propaganda empfangen. Im Namen der flämischen Künstler dankte der bekannte flämische Maler Albert Servaes dem Minister für die den Künstlern zuteil gewordene Einladung.
Legende des Ursprungs : Rencontre entre Joseph Goebbels, ministre de la propagande allemande et Albert Servaes, chef de la délégation artistique flamande en visite dans le Reich. Ce voyage, organisé par la DeVlag en décembre 1940, est largement médiatisé par la propagande.

Le grand public retiendra surtout de cette collaboration les voyages d’artistes en Allemagne. En effet, ces périples visent à montrer les affinités qui existent entre cultures germanique et européenne. Ils tendent aussi  à démontrer la supériorité de la nouvelle Allemagne.

Le voyage de la DeVlag est le premier à être mis sur pied. Le 7 décembre 1940, seize créateurs quittent Bruxelles sous la conduite du peintre Albert Servaes. Parmi ceux-ci, les plasticiens Gerard Baksteen, Hubert Malfait, Prosper De Troyer… Le clou du périple a lieu à Berlin où le petit groupe rencontre personnellement Joseph Goebbels.

Le 25 septembre 1941, la CCW  rassemble à son tour quelques créateurs dont les plasticiens Gilberte Dumont, Auguste Mambour, Pierre Hubermont qui rejoignent le sculpteur Georges Wasterlain, parti plus tôt pour visiter l’atelier d’Arno Breker. Leur circuit est identique à celui des Flamands.

Epuration

La presse de collaboration fera grand cas de ces voyages et au moment de l’épuration, les artistes en payeront d’autant plus les conséquences. A la Libération, la plupart de ces artistes sont auditionnés par la Commission nationale d’Épuration des Arts plastiques.  Bien qu’elle n’ait aucun pouvoir juridictionnel, elle établit plusieurs niveaux de sanction. Les cas les plus lourds sont traités par l’Auditorat militaire: Auguste Mambour et Georges Wasterlain écopent de plusieurs années de prison tandis qu’Albert Servaes est condamné par contumace.

Bibliographie

Devillez, Virginie. Le Retour à l’ordre. Art et Politique En Belgique. 1918-1945. Bruxelles: Labor- Dexia, 2003.


Pour en savoir plus....

12260.jpg Artikel Communauté culturelle wallonne Devillez Virginie
7406.jpg Artikel Vlaamsche Kultuurraad Beyen Marnix