Belgien im Krieg / Artikel

Jeunesse

Thema - Kollaboration

Verfasser : François Aurore (Institution : UCL)

La jeunesse en guerre

Avant l’éclatement de la Seconde  Guerre mondiale, la jeunesse – entre enfance et âge adulte – est au centre d’une attention particulière; associée à un potentiel d’émancipation et d’agitation, elle fait l’objet d’un encadrement social et moral, notamment via les mouvements de jeunesse

La guerre prolonge, voire renforce cette situation. Les structures d’encadrement, surtout catholiques, continuent leur recrutement tandis qu’un discours très moralisateur révèle à la fois les peurs et les ambitions projetés par les adultes sur la jeunesse. Pourtant, à leur manière, les jeunes partagent sur bien des points le sort des adultes. Ils subissent aussi les affres de la guerre et de l’Occupation : l’exode, les privations, la présence de l’occupant, les bombardements et destructions.

25481.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : rechten voorbehouden
Legende des Ursprungs : [Photo Alexis]

Travail obligatoire, réfractaires et résistants

4779.jpg
Institution : CegeSoma
Urheberrecht : Droits Réservés
Legende des Ursprungs : Non légendée

A partir de l’automne 1942, les Allemands instaurent le Service du Travail Obligatoire qui contraint des dizaines de milliers de Belges à s’exiler pour travailler au profit de l’Allemagne. En 1943, la mesure s’applique également aux jeunes hommes (à partir de 18 ans) et aux jeunes femmes (à partir de 21 ans). Des milliers de jeunes, dits ‘réfractaires’, refusent et entrent dans la clandestinité. D’autres s’engagent dans la résistance, phénomène cependant assez minoritaire.

Vidéo non compatible

Les jeunes collaborateurs et leur sort après la guerre

Durant la guerre, plusieurs milliers de jeunes – le plus souvent issus de familles de collaborateurs – s’engagent dans des sections jeunesses de mouvements collaborateurs. Après la guerre, ils font l’objet d’un traitement particulier de la part de l’Etat belge : les plus jeunes (moins de 16 ans) et la majorité des moins de 18 ans (excepté ceux qui ont commis les faits les plus graves), sont, par application de la loi du 15 mai 1912 sur la protection de l’enfance, traduits devant les tribunaux pour enfants. 

Bibliographie

François, Aurore. « A triumph for the protectional model? How Belgian institutions for delinquent children dealt with young collaborators (1944-1950) ». In Incarceration and Regime Change. European Prisons in and around the Second World War, par Christian G. De Vito, Ralf Futselaar, et Helen Grevers, 127‑43. Berghahn Books, 2017.

François, Aurore. Guerres et délinquance juvénile. Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté (1912-1950). Bruxelles: La Charte, 2011

Maerten, Fabrice. « Jeunesse et Résistance. Entre mythe et réalité. Le cas du Hainaut, 1940-1944 ». Cahiers d’histoire du temps présent, no 8 (2001): 257‑305.


Pour en savoir plus...

25388.jpg Artikel Mouvements de jeunesse De Wever Bruno
33117.jpg Artikel Enfance François Aurore