596051
Institution : Cegesoma
Sammlung : Sipho
Urheberrecht : Droits réservés
Legende des Ursprungs : Entraînement des aviateurs canadiens en Angleterre. Photos prises au Centre d'entraînement du détachement canadien de la Royal Air Force quelque part dans le nord de l'Angleterre. N.p.m.: Quelques aviateurs se précipitant avec leur combinaison de vol vers leurs avions. (Hawker Hurricane)
Belgien im Krieg / Artikel

Perception de la Grande-Bretagne

Thema - Widerstand

Verfasser : Colignon Alain (Institution : CegeSoma)

Durant les quatre premières décennies du XXème siècle, l’anglophilie de sentiment ou d’intérêt est le fait d’une faible partie des classes sociales dirigeantes. On la retrouve plutôt dans les milieux libéraux, plus en Flandre et à Bruxelles qu’en Wallonie.

La Grande-Bretagne seule dans la lutte

De la capitulation française jusqu’à l’invasion de l’URSS, la Grande-Bretagne poursuit seule la lutte et apparaît comme l’unique puissance à même de contrer la domination nationale-socialiste en Europe. Dans ce contexte, elle va capitaliser à son profit toutes les oppositions à l’ « Ordre nouveau » et au IIIe Reich.

Dès août 1940, Reeder, chef de l’administration militaire allemande, constate et déplore, des dépôts réguliers de fleurs sur le monument de la Reconnaissance britannique, à  Bruxelles. A l’automne 1940, les lettres « R.A.F. » se multiplient sur les murs du pays, hommage à la résistance coriace qu’oppose la Royal Air Force aux initiatives de la Luftwaffe durant la « bataille d’Angleterre ». La B.B.C., très écoutée malgré les menaces de sanctions allemandes, constitue un excellent instrument de contre-propagande pour résister aux appels du pied de l’ Ordre nouveau. Si peu de journaux clandestins affichent clairement leur anglophilie (hormis Churchill-Gazette au pays de Liège, ainsi que les Actualités de la RAF), celle-ci imprègne à divers degrés les feuilles insoumises, étant entendu qu’elle est moins développée dans les courants de gauche, voire même quasiment inexistante dans la presse communiste ou liée au mouvement wallon. Notons aussi que pas mal de réseaux de renseignement sont directement reliés à l’ « Intelligence Service », voire même en sont l’émanation directe  (Clarence, Tégal, Mill,…). Plus généralement, Belges de Londres et Britanniques travaillent main dans la main pour assurer le développement de la résistance en territoire occupé.

32663
Institution : Cegesoma
Sammlung : Sipho
Urheberrecht : Cegesoma
Legende des Ursprungs : A l'occasion du 60ème anniversaire... du Président Reeder chef d'Administration civile pour la Belgique et le Nord de la France

L’anglophilie détrônée par l’américanophilie

Mais à la Libération, cette anglophilie est nettement concurrencée par l’américanophilie. L’empire britannique apparaît comme un monde obsolète et à bout de souffle qui s’avère incapable de répondre aux attentes de l’après-guerre.

Bibliographie

Colignon Alain, « La Résistance en Belgique francophone : une anglophilie par défaut ? », in : La résistance et les Européens du nord. Communications présentées lors du colloque de Bruxelles, 23-25 novembre 1994, Bruxelles : CREHSGM, 1994, p. 30-43.