Belgique en guerre / Articles

Fonctionnaires et résistance

Thème - Résistance

Auteur : Rochet Bénédicte

Difficile d’établir des catégories tant les comportements résistants sont variables d’un fonctionnaire à un autre en fonction de ses convictions, de ses relations et de son tempérament.

Une question de chronologie

Le début du conflit est marqué par une certaine obéissance, trait caractéristique du fonctionnaire qui respecte ses devoirs de fidélité envers l’Etat. Fin 1942, l’introduction du travail obligatoire amène une prise de conscience et le développement d’un certain attentisme voire d’une désobéissance civile. Mais l’engagement dans un mouvement de résistance organisé reste exceptionnel.

32785.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Belgapress
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : La plus récente photo de M. Schuind. [censure photographique]

Des informateurs précieux

Les hauts fonctionnaires, par leur fonction et leurs relations, constituent des informateurs très utiles pour la résistance : ils possèdent des documents confidentiels ; ils sont en relation avec l’occupant et les grands décideurs industriels et financiers ; ils ont la connaissance pointue des politiques et des pratiques administratives… Les fonctionnaires qui renseignent les mouvements résistants sur les moyens et dispositifs de l’occupant plongent très rarement dans la clandestinité car ce serait contre-productif : ils sont plus efficaces en restant à leur poste.

Les finances : le nerf de la guerre

Fin 1943, l’Armée secrète a besoin d’argent. Elle s’adresse secrètement au secrétaire général des Finances, Oscar Plisnier. Grâce à une astuce comptable, ce dernier fait passer dans la comptabilité de l’Etat une erreur de 100 millions de francs dont 90 millions sont versés à l’AS. Par ce tour de passe-passe, ce fonctionnaire fournit à l’action résistante la complicité et les finances qui lui sont nécessaires pour survivre et se développer.

Bibliographie

ROCHET B., L’administration centrale belge : des fonctionnaires résistants et/ou patriotes, dans VANDENBUSSCHE R. (dir.), Les services publics et la résistance en zone interdite et en Belgique 1940-1944, Lille, 2005, pp. 13-28.

MARQUET V., Contribution à l'histoire de l'Armée secrète 1940-1944. 2/5 Armée de Belgique. Armée Secrète, 1943-1944 : L'organisation, Bruxelles, Union des Fraternelles de l'Armée Secrète, 1994.