Belgique en guerre / Articles

Roode Vaan (De)

Thème - Résistance

Auteur : De Wilde Lisa (Institution : Stagiaire Histoire publique, Université de Gand)

De Roode Vaan est un journal clandestin lancé en février 1941 par l’aile flamande du Parti communiste de Belgique. Ses objectifs sont identiques à ceux du Drapeau rouge, son pendant francophone. Le journal clandestin est réalisé et imprimé dans un quartier périphérique d’Anvers. Toute l’opération est menée sous la direction de Jef van Extergem, le président de l’aile flamande du PCB et de Bert van Hoorick, membre du Comité central. Le journal compte généralement de deux à quatre pages, parfois six. Le tirage moyen est de 10.000 exemplaires mais l’édition de mai 1942 est imprimée à 23.000 exemplaires. De Roode Vaan compte dès lors parmi les journaux clandestins les plus importants.

Anticapitalisme et anti-flamingantisme

À l’origine, De Roode Vaan combat le capitalisme. Durant la guerre et, plus particulièrement après juin 1941, s’y ajoute la lutte contre l’occupant nazi. Il se distingue également du Drapeau rouge par ses vives critiques à l’encontre du flamingantisme du VNV et de la DeVlag. 

De Roode Vaan dispose également d’une série d’éditions locales. À Anvers, il s’agit par exemple du journal Het Vrije Woord qui paraît à partir du début 1941. Les deux journaux sont imprimés sur les mêmes machines et diffusés par les mêmes courriers.

carcob_cl2-154_1942-05_01_009-00001-roode-vaan-mei-1942.jpg
Institution : Carcob
Légende d'origine : De Roode Vaan, mai 1942

Des arrestations…et un déménagement

soma_bg464_1944-08-05_01_048-00001-de-roode-vaan-1-8-1944.jpg
Institution : CegeSoma
Légende d'origine : De Roode Vaan, 5 août 1944

À partir de février 1943, le journal traverse une période difficile. Ses deux créateurs sont successivement arrêtés. L’atelier d’impression est découvert. Gerard Van Moerkerke reprend la direction. 

À partir de 1943, De Roode Vaan est réalisé à Gand et, à la fin de l’année, à Bruxelles. Dès lors, il n’en est que plus proche du Drapeau rouge. Pour éviter un travail trop lourd, les deux journaux reprennent parfois les mêmes articles, chacun dans leur langue.

Après la guerre

À la Libération, De Roode Vaan paraît de manière quotidienne. Il devient hebdomadaire en 1959. En 1992, De Rode Vaan devient un organe mensuel. Il cesse de paraître un an plus tard.

Bibliographie

Boeckx, Bert, Gert De Prins et Bruno De Wever, eds, Tegendruk. Geheime pers tijdens de Tweede Wereldoorlog, Gand, Amsab-ISG, 2004.

https://warpress.cegesoma.be/s...

Etienne JOSSE, Yannick HOSTIE, Dirk MARTIN, Jacques WYNANTS, Guide de la presse clandestine en Belgique, Bruxelles, CREHSGM, 1991.https://warpress.cegesoma.be/s...

Consulter la collection complète en ligne: https://warpress.cegesoma.be/n...