Belgique en guerre / Articles

Mouvement national belge (Le)

Thème - Résistance

Auteur : Maerten Fabrice (Institution : CegeSoma)

Le Mouvement National Belge a dès l’origine l’ambition de constituer un mouvement de résistance rassemblant l’ensemble des patriotes du pays, dans une configuration proche du Front de l’indépendance. Les arrestations qui le frappent en février 1944 l’empêchent d’atteindre son plein épanouissement.

La bourgeoisie patriote dans la lutte

Fondé à Bruxelles en décembre 1940, le MNB se développe à partir de 1941 sous l’impulsion de l’homme de presse et haut fonctionnaire Camille Joset, déjà actif dans la Résistance au cours du premier conflit mondial. Grand patriote, ce catholique répand son mouvement dans une petite et moyenne bourgeoisie très belgiciste, profondément anti-allemande et attachée au régime politique et social en place dans le pays, même si conformément à l’esprit du temps, elle ne verrait pas d’un mauvais œil le renforcement du pouvoir exécutif au détriment du législatif.

Mais ce qui compte avant tout pour cette classe moyenne principalement francophone, c’est contribuer par tous les moyens à bouter l’occupant hors du pays. Pour parvenir à ses fins, le MNB n’hésite pas à s’allier à des mouvements situés plus à droite (en avril 1942, à la Légion belge et au Mouvement national royaliste) ou plus à gauche (en septembre 1942, au Front de l’indépendance). Mais diverses arrestations, dont celle de Joset, empêchent le premier projet d’aboutir, alors que le second, mené par son successeur, le commissaire de police de Saint-Gilles Raymond Defonseca, n’est pas mené à terme, certains indices portant à faire croire au MNB que le FI désire l’absorber.

camille-joset.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Archive Balace
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Camille Joset, résistant, chef-fondateur du Mouvement national belge, 1940-1945.

Une activité multiforme

soma_bg597_1941-08-10_01_001-00001-la-voix-10-8-1941.jpg
Institution : CegeSoma
Légende d'origine : La Voix des Belges n°1, 10 août 1941

En attendant, le mouvement ne reste pas inactif. En août 1941, il lance le clandestin La Voix des Belges, feuille d’une haute tenue journalistique diffusée dans tout le pays. En septembre de la même année, il entre en contact avec le service de renseignements Mill pour lequel il collecte une somme considérable d’informations. Dès 1941 aussi, il aide à évacuer des personnes vers l’Angleterre. De l’été 1943 au début 1944, il collabore même activement à la filière d’évasion d’aviateurs alliés Comète. Disposant de nombreux agents dans les administrations, il fournit à partir de la fin 1942 une aide appréciable aux Juifs et surtout aux réfractaires. Les postiers membres du MNB effectuent un énorme travail de censure des lettres de dénonciation. Enfin, il dispose de groupes de choc qui pratiquent de petits sabotages.

L'élan brisé

La puissance de l’organisation, son loyalisme vis-à-vis du gouvernement de Londres et les qualités professionnelles de nombre de ses membres font très forte impression sur les agents envoyés de Grande-Bretagne à l’été 1943 pour estimer la valeur des différentes composantes de la Résistance. Aussi les autorités belges envisagent-elles d’en faire un de leurs principaux points d’appui à l'approche de la Libération. Mais à peine un organisateur est-il parachuté en février 1944 avec de l’argent et des projets d’action pour les mois à venir que le MNB est atteint de plein fouet par une répression sans précédent. Privé de ses chefs les plus expérimentés, du gros de son matériel et de ses principaux moyens de communication, le groupement, qui comptera tout de même plus de 15.000 membres reconnus, n’est pas en mesure de jouer le rôle qui lui avait été assigné.

Bibliographie

Dujardin, Jean, « Le Mouvement national belge. Activités dans le domaine du renseignement et de l’action (1941-février 1944) », dans Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, n° 2, 1972, p. 9-77. [en néerlandais, “De Belgische Nationale Beweging. Aktiviteiten inzake inlichtingen en aktie (1941-februari 1944)”, in Bijdragen tot de geschiedenis van de Tweede Wereldoorlog, 2, 1972, p. 115-185.]

Voir aussi

27948.jpg Articles Résistance Maerten Fabrice
soma_bg597_1941-08-10_01_001-00001-la-voix-10-8-1941.jpg Articles Voix des Belges (La) Colignon Alain