Belgique en guerre / Articles

Prostitution - justice allemande

Thème - Justice

Auteur : Debruyne Emmanuel (Institution : UCL)

La présence militaire allemande en Belgique entraîne un développement de la prostitution, favorisée par les difficultés quotidiennes endurées par la population occupée.

Une pratique acceptée mais contrôlée

Inspirées par leur expérience de l’occupation en 1914-1918 et par celle de l’occupation de la Pologne depuis 1939, les autorités allemandes veulent soumettre la prostitution à un contrôle sanitaire et policier strict. Leur objectif est d’offrir une satisfaction sexuelle à leurs soldats tout en les protégeant des maladies vénériennes et en limitant la fraternisation avec la population locale.

35447.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Actualit
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Les "maisons de passe" de la rue des Plantes.

Une réglementation nationale

Dès 1940, les autorités belges sont incitées à mettre en place une politique prostitutionnelle réglementariste nationale plutôt que de laisser la compétence aux seules communes, soupçonnées de laxisme par les occupants. Cependant, la volonté nazie de cantonner la prostitution locale aux maisons closes – en déclin depuis le 19e siècle - rencontre peu de succès. Les soldats ont souvent recours à des prostituées indépendantes, généralement tolérées dans la pratique.

Bibliographie

François, Aurore. Guerres et Délinquance Juvénile. Un Demi-Siècle de Pratiques Judiciaires et Institutionnelles Envers Des Mineurs En Difficulté (1912-1950). Bruxelles: La Charte, 2011.

Majerus, Benoît. Occupations et Logiques Policières : La Police Bruxelloise En 1914-1918 et 1940-1945. Bruxelles: Académie royale de Belgique, 2007.

Debruyne, Emmanuel, and Maren Röger. “From Control to Terror: German Prostitution Policies in Eastern and Western European Territories during Both World Wars.” Gender and History 28, no. 3 (2016): 687–708.


Pour en savoir plus...

275864.jpg Articles Criminalité Zurné Jan Julia
188626.jpg Articles Délinquance juvénile François Aurore