Belgique en guerre / Articles

Aide Paysanne aux Enfants des Villes

Thème - Collaboration

Auteur : Colignon Alain (Institution : CegeSoma)

Œuvre caritative créée dans le giron de la très contestée Corporation Nationale de l’Agriculture et de l’Alimentation (CNAA), l’ « Aide Paysanne aux Enfants des Villes » (APEV) semble, au départ, procéder d’une bonne intention : assurer à la fois un hébergement et un supplément de calories à de jeunes citadins anémiés par les restrictions alimentaires de toutes sortes en les plaçant au sein de familles campagnardes compatissantes, et ce après un examen médical préalable.

De bonnes intentions ?

Lancée dès le 8 décembre 1940 à la suite d’un appel publié dans l’hebdomadaire Terre et Nation, feuille de propagande de la corporation agricole, l’APEV apparaît vite comme un pur satellite de la CNAA. En effet, même si elle est présidée par un comité de patronage choisi (on y retrouve le princesse Madeleine de Croy ainsi que la comtesse Guillaume de Liedekerke), on épingle parmi ses fondateurs et ses principaux animateurs des piliers de la CNAA, dont Xaveer Peeters, « Chef national Paysan » pour la Flandre mais aussi Marie Cardijn, secrétaire générale de la Boerinnenbond (l’aile féminine du Boerenbond) et surtout Willem Melis, Chef du Service « Presse et Propagande » de la Corporation. Ce dernier, par ailleurs membre du Vlaams Nationaal Verbond, préside la structure. Ce cadre dirigeant très flamingant ne se contente pas de philanthropie désintéressée. Sans le crier sur tous les toits il a pour ambition, avec son action sociale ou caritative de redorer quelque peu le blason de la CNAA qui est soumise à une vive opposition dans le monde rural pour son dirigisme musclé, et soupçonné par à peu près tout le monde d’être un organisme d’Ordre Nouveau à la solde de l’occupant.

33117(2).jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Kropf
Droits d'auteur : Spronk
Légende d'origine : Enfants des Marolles

Un succès très relatif

12586-ap-1.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Sipho
Légende d'origine : L'aide paysanne aux enfants des villes. A l'occasion de l'envoi à la campagne du 10millième enfant l'Aide Paysanne à organisé une fête au Palais des Beaux-Arts le 3 mars. Un beau groupe d'enfants, 4 mars 1944.

L’image très noire de la CNAA explique le développement assez lent et plutôt laborieux de l’APEV : à peine 700 familles confient leurs enfants à cette œuvre en juin 1941, malgré le soutien enthousiaste de la presse censurée. Le temps passant et les pénuries alimentaires persistant, l’Aide Paysanne finira par rencontrer un certain succès dans les agglomérations ouvrières soumises aux affres de la faim. En 1942, environ 4000 enfants prennent ainsi la clé des champs sous son égide, et en 1943, ils seront une vingtaine de milliers, l’appui des médias collaborationnistes aidant. Ce succès relatif n’empêche pas la CNAA d’être de plus en plus contestée dans l’opinion publique. En outre, sans le vouloir, la Corporation a mis en évidence la situation privilégiée du secteur agricole en un temps de pénurie généralisée, alors qu’elle prétendait par son existence et son modus operandi assurer la solidarité entre villes et campagnes. En fait, avec cette « bonne œuvre » elle soulignait surtout l’échec de sa politique alimentaire et celui du ravitaillement officiel.

Bibliographie

Alain COLIGNON, C.N.A.A. : L’agriculture en rangs d’oignons, dans Jours de Guerre, n°9 de 1993, pp 49-84

Voir aussi

622628-vue-terres-agricoles.jpg Articles Agriculture : le temps des «vaches maigres» ? Colignon Alain
33117.jpg Articles Enfance François Aurore