Belgique en guerre / Articles

Mémoire

Thème - Collaboration

Auteur : Kesteloot Chantal (Institution : CegeSoma)

La Seconde Guerre mondiale n’en finit pas de hanter nos mémoires. Régulièrement, la Belgique est secouée par des polémiques qui nous en apprennent bien peu sur le passé mais davantage sur la manière éclatée et plurielle dont la société belge – ou « les sociétés belges » – envisage(nt) cette période. Chacun a vécu « sa » guerre et chacun s’en souvient à sa façon. 

Une guerre en héritage

Le contexte belge se complique encore du fait de l’impact de la Première Guerre mondiale. Au fil de l’entre-deux-guerres, la mémoire patriotique belge s’est de plus en plus centrée sur le monde francophone. Dans le monde néerlandophone, on rendait hommage, à la Tour de l’Yser, aux soldats flamands morts sur le front et considérés davantage comme des victimes de l’état-major belge francophone que de l’ennemi. La demande d’amnistie au bénéfice des anciens activistes, portée par une large fraction du mouvement flamand et refusé par les milieux patriotiques francophones a également contribué à ce morcellement des mémoires. Rien d’étonnant dès lors que de constater que la Seconde Guerre mondiale va amplifier le phénomène. 

35752.jpg
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : Droits Réservés
Légende d'origine : Non légendé

Des lieux qui incarnent la division

254191
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : Droits Réservés
Légende d'origine : Eerste plechtigheid ter nagedachtenis van de slachtoffers, gestorven in het concentratiekamp van Breendonk. De optocht werd gevormd in het dorp.Hier een zicht, bij de aankomst op de brug van de vesting. Naast het vaandel ziet men burgemeester Snackaert.

Dès 1944-1945, des mémoires antagonistes vont s’affirmer. Le mouvement flamand, largement discrédité par la guerre, va continuer de se complaire dans une mémoire de victime. Ce n’est pas tant l’engagement dans la collaboration qui est mis en exergue que la politique de répression perçue comme anti-flamande et excessive. Du côté francophone, on va valoriser un engagement résistant, occultant la réalité et l’importance de la collaboration. Le contexte de la Question royale va singulièrement brouiller les pistes mais aussi aggraver le fossé entre Flamands et francophones. Deux lieux incarnent cette division : le camp de concentration de Breendonk pour la mémoire de la résistance, la Tour de l’Yserpour la mémoire de la collaboration. Progressivement, le monde catholique flamand et les nationalistes flamands vont formuler des demandes d’amnistie qui vont se heurter à un refus sec du monde francophone mais aussi des associations résistantes de Flandre. 

Sous le couvert de l’antifascisme

Avec la résurgence de l’extrême droite et la crise de l’Etat unitaire belge, la mémoire patriotique cède peu à peu la place à une mémoire centrée sur l’engagement contre le fascisme et en faveur de la démocratie. L’éclatement des mémoires s’accompagne de controverses et de polémiques autour des questions d’amnistie, du rôle de certaines personnalités durant l’Occupation mais aussi de l’attitude des autorités belges. La réforme de l’Etat s’est en outre traduite par un engagement significatif des entités fédérées dans les politiques mémorielles. 

La diversité des lectures de la Seconde Guerre a largement contribué à son actualité permanente : pas de mémoires éclatées sans polémiques, pas de polémiques sans mémoires éclatées. La Belgique n’a cependant pas le monopole d’une lecture complexe. Dans d’autres pays européens, ce passé « qui ne passe pas » est régulièrement l’objet de controverses. Le fait même qu’elle continue de susciter une telle émotion démontre à suffisance qu’on en n’a pas fini avec la Seconde Guerre mondiale. 

Bibliographie

Benvindo, Bruno, and Chantal Kesteloot. “Témoins, Historiens, Etats : Mémoires de La Seconde Guerre Mondiale En Belgique.” In Images Des Comportements Sous l’Occupation. Mémoires, Transmission, Idées Reçues, by Jacqueline Sainclivier, Jean-Marie Guillon, and Pierre Laborie, 93–111. Rennes, 2016.

Benvindo, Bruno, and Evert Peeters. Les Décombres de La Guerre : Mémoires Belges En Conflit, 1945-2010. Waterloo: Renaissance du Livre, 2012.

Lagrou, Pieter. Mémoire Patriotique et Occupation Nazie. Résistants, Requis et Déportés En Europe Occidentale , 1945-1965. Bruxelles: Complexe, 2003.


Pour en savoir plus...    

gotovitch-et-kesteloot_collaboration-rApression Articles Historiographie et collaboration Kesteloot Chantal
ceges-aa-414-2-1-rAhabilitation-3 Articles Amnistie  Kesteloot Chantal