Belgique en guerre / Personnalités

Grauls Jan

Thème - Collaboration

Auteur : Wouters Nico (Institution : CegeSoma)

Jan Grauls (1887-1960) est gouverneur d'Anvers (1940-1942) puis bourgmestre du Grand Bruxelles (1942-1944). C’est un collaborateur modéré qui, en raison de son légalisme et de son pragmatisme, est utilisé par le ministère de l'Intérieur pour garantir la continuité administrative.

Avant la guerre

Jan Grauls est docteur en philosophie (KU Leuven, 1910) et fonctionnaire attaché au cabinet du ministre Joris Helleputte durant la Première Guerre mondiale. Avant et pendant ce conflit, il noue de bons contacts personnels avec les figures de proue du mouvement flamand. Dans l'entre-deux-guerres, il fait une carrière de fonctionnaire : comme membre de l’équipe puis, en 1937, chef du service de traduction du ministère des Arts et des Sciences. A partir de 1938, il devient directeur de l'enseignement supérieur et secondaire. Devenu un important chercheur scientifique dans l'étude des dialectes et des langues vernaculaires, il est secrétaire du premier Conseil culturel néerlandais (1938-1940). Sur base des recherches historiques, il semble qu’avant 1940, Grauls soutient le Vlaams Nationaal Verbond (VNV) en coulisses et par le biais de contacts personnels. Il ne devient pas membre du parti et se tient à l'écart de la politique active. Son fils Wim Grauls est, lui, membre du VNV depuis 1937.

31703.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Belgapress
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Dr. Jan Grauls, burgemeester van Groot-Brussel

Gouverneur d'Anvers

algemeen-nieuws-23-8-1940-p-1.png

En août 1940, Jan Grauls fait partie de la série de huit nominations "ad interim" de gouverneurs belges. Il remplace le baron Georges Holvoet, gouverneur de la province d'Anvers avant la guerre, déchu de ses fonctions pour abandon de poste par l'occupant allemand. Les Allemands proposent d'abord Frans Wildiers, un dirigeant du VNV d'Anvers, mais le secrétaire général de l'Intérieur, Jean Vossen, s'y oppose. En effet, le VNV, engagé dans la collaboration, a déjà obtenu deux autres postes de gouverneurs (dans le Limbourg et en Flandre occidentale). Grauls est donc un choix de compromis : il n'est pas membre du VNV mais a un profil "Ordre nouveau".

Grauls devient aussi président de la commission de révision des manuels scolaires. Fondée le 8 octobre 1940 sur injonction de l'occupant, cette commission est chargée de vérifier les manuels scolaires et de supprimer tous les passages jugés anti-allemands ou indésirables ("juifs").

En 1940, Grauls se montre légaliste. Il ne soutient pas la création du Grand Anvers, conscient qu'elle n'est pas constitutionnelle. Il adopte aussi une position assez modérée sur les nominations des bourgmestres VNV, en comparaison avec les gouverneurs Gerard Romsée du Limbourg et Michiel Bulckaert de Flandre occidentale, tous deux membres du VNV. Grauls s'oppose à la nomination de collaborateurs trop radicaux et s'intéresse aussi à leurs compétences de gestion. Mais en pratique, en 1941, il doit souvent s'incliner face aux membres VNV de la députation permanente. Sous sa direction, l'administration provinciale collabore étroitement avec les services allemands dans le contrôle des étrangers (juifs) pendant l'hiver 1940-1941.

Le gouverneur Grauls est particulièrement préoccupé par la question de l'approvisionnement alimentaire. Il demande régulièrement le soutien des autres provinces flamandes et exige des contrôles plus stricts de la part des polices communales. Avec Albert Houtart (Brabant) et Jozef De Vos (Flandre orientale), Grauls est l'un des trois gouverneurs présents à la réunion de crise du 16 octobre 1941 avec le secrétaire général Romsée. Au cours de cette réunion, il communique l'appel de détresse de tous les gouverneurs concernant la crise de légitimité des pouvoirs publics en Belgique.

Bourgmestre du Grand Bruxelles

Le 24 septembre 1942, Jan Grauls est nommé bourgmestre du Grand-Bruxelles. Tout d'abord il refuse et comprend qu'il s'agit d'un cadeau empoisonné. La création du Grand-Bruxelles suscite beaucoup de protestations et de nombreux services communaux s'y opposent. Dans la déclaration du Conseil des échevins de 1942, l'introduction du bilinguisme dans les services de la ville est l'une des priorités. M. Grauls déclare qu'il ne " divisera " pas les services de la ville. En pratique, la volonté de mise en œuvre du bilinguisme reste un échec. Grauls est probablement choisi par Gérard Romsée et Hendrik Borginon pour garder sous contrôle les membres les plus radicaux du Collège des échevins.  Le nouveau collège constitue une équipe hétéroclite de collaborateurs sans aucune cohésion interne. En tant que bourgmestre, Grauls remet aussi une grande partie de ses pouvoirs de police aux services de l'Intérieur (Emiel Van Coppenolle). De cette façon, Grauls préserve aussi le domaine du maintien de l'ordre de l’immixtion des collaborateurs faisant partie du Collège des échevins, à la grande frustration du VNV et de Rex. En général, il semble avoir protégé les fonctionnaires communaux en place, même quand ceux-ci lui sont opposés. Ainsi, Grauls semble avoir été avant tout un pion (volontaire) de l'Intérieur avec pour objectif de ne pas bouleverser et d'assurer le bon fonctionnement des services de la ville.

Après la Libération

À la Libération, l'ensemble du Collège des échevins du Grand-Bruxelles est condamné pour (entre autres) collaboration politique. Le 15 mai 1945, Jan Grauls est condamné à cinq ans d'emprisonnement et à une amende de 25 millions de francs. Libéré en juin 1947, il retrouve ses droits civiques en 1950. Après une période de résidence forcée à Nokere, il s'établit à Gand en 1949. Dans les années suivantes, il effectue des travaux de traduction et de secrétariat et effectue des travaux de relecture de manuels scolaires au niveau de la langue. Progressivement, il reprend un rôle culturel modeste comme philologue et journaliste dans divers quotidiens et périodiques flamands importants, jusqu'à sa mort en 1960.

 

Bibliographie

Van Causenbroeck, Bernard. « Grauls, Jan ». In Nieuwe Encyclopedie van de Vlaamse Beweging, 1352‑53. Tielt: Lannoo, 1998.

Wouters, Nico. Oorlogsburgemeesters 40/44: lokaal bestuur en collaboratie in België. Tielt: Lannoo, 2004

En Savoir plus...

31047.jpg Articles Bourgmestres de guerre Wouters Nico
291953.jpg Articles Grandes agglomérations Wouters Nico
32722.jpg Articles Province Wouters Nico
Pour citer cette page
Auteur : Wouters Nico (Institution : CegeSoma)
Grauls Jan
https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/personnalites/grauls-jan.html