Belgique en guerre / Articles

Bandes armées

Thème - Collaboration

Auteur : Plisnier Flore (Institution : AGR)

Face aux attaques qui la visent et qui se multiplient, la nécessité de protéger la minorité collaboratrice ne se limite pas uniquement à la mise sur pied d’unités de protection(Formations B). En mars 1943, Rex crée une organisation de défense spécifique, le Département Sécurité et Information (DSI). Sa tâche initiale consiste à ficher et à surveiller les opposants politiques, les résistants supposés et les réfractaires du travail obligatoire. Elle transmet ensuite les renseignements aux polices allemandes

Diverses brigades

Les agents sont répartis en brigades : la Brigade Z à Bruxelles, la Brigade A à La Louvière (ou ‘bande Duquesne’), la Brigade B à Charleroi (ou ‘police Merlot’), la Brigade C à Huy, la Brigade D à Liège, la Brigade E à Braine-l’Alleud et la Brigade F à Mons (ou ‘bande Laitat’). À côté de ces unités, d’autres groupements paramilitaires rexistes se muent également en bandes policières armées à la fin de l’Occupation. Ces bandes sèment la terreur dans les bassins ouvriers wallons (‘bande Cheron’ à Quaregnon, ‘bande Jayé’ à Braine-le-Comte).

278733.jpg
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : Groupe du centre (B167)

Corruption, pillage et torture

À l’origine chargées de missions de surveillance, ces unités entrent rapidement dans une logique de violence active. Une moralité personnelle douteuse et le manque d’attachement à la cause rexiste ne sont pas un obstacle à l’adhésion. La police allemande finira même par les voir d’un mauvais œil. Corruption, pillage et torture deviennent bientôt une habitude en leur sein. 

Bibliographie

Conway, Martin, Degrelle : Les Années de Collaboration : 1940-1944 : Le Rexisme de Guerre. Ottignies: Quorum, 1994.


Pour en savoir plus...

10757.jpg Articles Formations B Plisnier Flore
278733.jpg Articles Département Sécurité et Information (DSI) Balace Francis
276169.jpg Articles Violence Vrints Antoon