Belgique en guerre / Articles

Polices allemandes

Thème - Justice - Collaboration

Auteur : Debruyne Emmanuel (Institution : UCL)

L’image d’une Gestapo omniprésente et omnipotente résume mal le régime policier allemand en Belgique.

Polices de la Wehrmacht

La police la plus visible est la Feldgendarmerie, la police militaire de l’armée, qui opère en uniforme. Elle maintient l’ordre et contrôle la population au quotidien, par exemple pour la répression du marché noir. Elle était déjà présente en 1914-1918, tout comme la Geheime Feldpolizei (GFP), moins connue et souvent confondue avec la Gestapo. Cette police secrète de l’armée lutte contre les menées clandestines qui menacent la Wehrmacht. La GFP est donc très active contre les réseaux d’espionnage, de sabotage ou d’évasion de la résistance, et coopère avec l’Abwehr, le service de renseignements militaire.

12673.jpg
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : Droits réservés
Légende d'origine : Non légendée

Gestapo ?

12715.jpg
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : Droits réservés
Légende d'origine : Personnel de la Gestapo de Liège.
Légende Web : Subordonnée à la Geheime Feldpolizei au début de la guerre, la Sipo-SD évolue rapidement en un service de police indépendant. Elle se consacre à la lutte contre la résistance, contre le marché noir et procède également à l’arrestation de Juifs.

La police politique du Reich est la Sicherheitspolizei-Sicherheitsdienst (Sipo-SD), mieux connue sous le nom d’une de ses sections, la Gestapo. Une de ses tâches principales est la lutte contre les mouvements de résistance et contre les groupes ciblés par le nazisme (comme les communistes). La Sipo-SD supervise aussi la persécution des Juifs. Réduite mais très autonome, elle dispose dès 1940 en Belgique de son propre camp d’internement (Breendonk). Ses liens avec les autres polices allemandes oscillent entre tensions et coopérations, mais elle se renforce et acquière une place prépondérante à la fin de l’Occupation.

Collaborations policières

Les effectifs de ces polices allemandes sont très limités, mais leur efficacité repose en partie sur les dénonciations et le recrutement d’agents autochtones, ainsi que sur la coopération limitée de polices belges.

Bibliographie

Majerus, Benoît. “La Sipo-SD En Belgique. Une Police Faible ?” Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no. 119 (2013): 43–54.

Van Eetvelde, Robby. “De Sicherheitspolizei Und Sicherheitsdienst (Sipo-SD) Aussendienststelle Antwerpen: Het Politionele Repertoire van Een Lokale Duitse Politiedienst in Bezet België.” Cahiers d’Histoire Du Temps Présent/Bijdragen Tot de Eigentijdse Geschiedenis, no. 19 (2008): 135–79.

Van Eetvelde, Robby. “La ‘Gestapo’ En Belgique Occupée. Une Comparaison Entre Les Services de La Sipo-SD à Anvers et à Liège.” In Gestapo & Polices Allemandes : France, Europe de l’Ouest, 1939-1945, edited by Patrice Arnaud and Fabien Théofilakis. Paris: CNRS Editions, 2017.


Pour en savoir plus...

165130.jpg Articles Répression allemande Roden Dimitri
12715.jpg Articles Sipo-SD Roden Dimitri
28451.jpg Articles Feldgendarmerie Zurné Jan Julia
588779.jpg Articles Geheime Feldpolizei Zurné Jan Julia