Belgique en guerre / Événements

Série d'arrestations au MNB.

Thème - Résistance

Auteur : Colignon Alain (Institution : CegeSoma)

Le deuxième Directoire du Mouvement National Belge est décimé par une série d’arrestations suite à la trahison d’un de ses membres. C’est un désastre qui laisse le Mouvement à peu près exsangue pour de longs mois. Le MNB de la province du Brabant est à peu près anéanti ; les dépôts d’armes du MNB sont découverts ; les rédacteurs et l’imprimeur de La Voix des Belges tombent entre les mains de l’ennemi. François Amiel devient dans ces circonstances le dernier Chef national du Mouvement. Avec l’aide de Pierre Marca, il réussit à rétablir peu ou prou les liaisons avec les provinces de Liège et du Luxembourg (où le MNB est épargné) ainsi qu’avec une partie du Hainaut. Mais les pertes sont loin d’être comblées et dans l’intervalle une partie des membres du MNB-Limbourg est passée à l’ Armée de Belgique. Au fond, hormis dans le Luxembourg, le Mouvement ne constitue plus vraiment un concurrent de poids pour l’Armée de Belgique et le Front de l’Indépendance et se retrouve un peu marginalisé par la saignée  de février ’44. Curieusement, le réseau « Mill », lié au MNB, est épargné et poursuivra ses activités.