Belgique en guerre / Personnalités

Léo Delwaide

Thème - Collaboration

Auteur : Wouters Nico (Institution : CegeSoma)

Parlementaire catholique et échevin à Anvers, bourgmestre d'Anvers (et du Grand Anvers) sous l'Occupation.

Bourgmestre sous l'Occupation

L'échevin catholique Leo Delwaide (1897-1978) est nommé bourgmestre d'Anvers par le secrétaire général Jean-François Vossen le 8 décembre 1940, en remplacement de Kamiel Huysmans, le bourgmestre socialiste qui a pris la fuite en mai 1940. Avant la guerre, Delwaide est un grand partisan de la coopération entre le Parti catholique et le Vlaams Nationaal Verbond (VNV). En 1940-1941, il soutient activement la création d'une 'Hoogeschooluitbreding voor Vlaanderen' (enseignement pour adultes) avec un programme de cours inspiré du national-socialisme. En 1941, il veut nommer Emiel Van Coppenolle commissaire de police à Anvers. En 1940-1941, Delwaide semble donc pencher pour la collaboration. L'appui qu'il apporte à la création du Grand Anvers, la première grande agglomération, est pour cela important. Il entretient dans ce cadre de bonnes relations avec la Feldkommandantur anversoise et avec le Stadtkommissar Walter Delius.

31114.jpg
Institution : CegeSoma
Collection : Sipho
Droits d'auteur : CegeSoma
Légende d'origine : De begrafenis van de slachtoffers van de Angelsaksische terreur aanval op Antwerpen, welke plaats had op 9 april 1943.

Delwaide devient le premier bourgmestre du Grand Anvers. Les membres du VNV et de Rex sont minoritaires au sein du collège échevinal. Sa nomination est donc une preuve de confiance de la part des Allemands. La création du Grand Anvers est inconstitutionnelle. De plus, elle marque le début d'un certain nombre d'autres fusions, dans le cadre de la prise de pouvoir de Rex et du VNV.

Les persécutions antijuives

275419
Institution : CegeSoma
Droits d'auteur : Droits Réservés
Légende d'origine : Non légendée

Delwaide ne rechigne pas, sous l'Occupation, à soutenir la politique antijuive des Allemands. En tant que bourgmestre, il porte une part de responsabilité dans la mise en œuvre de la politique allemande de persécution des juifs. par les services et la police de la ville d'Anvers. Ses fonctionnaires distribuent l'étoile jaune et à l'été 1942, la police communale effectue quelques rafles antijuives au cours desquelles des milliers de Juifs sont arrêtés. C'est seulement après l'instauration du travail obligatoire en Belgique (6 octobre 1942) que l'administration communale anversoise, dont Delwaide est le chef, va cesser de coopérer à ce type de missions 'illégales' commandées par les Allemands.

Démission et après-guerre

Delwaide démissionne le 27 janvier 1944 pour protester contre une activité au bénéfice de volontaires flamands de la Waffen-SS à l'hôtel de ville. Il se rend compte que l'Occupation va bientôt prendre fin. Il y voit une porte de sortie 'patriotique' idéale.

Après la Libération, une instruction judiciaire est menée contre Delwaide. La seule plainte importante est son appui à l'unification d'Anvers. On ne dit rien d'autres dossiers, comme les persécutions antijuives. Plusieurs dirigeants du Christelijke Volkspartij (CVP) insistent auprès de la justice militaire et des autorités administratives afin qu'une décision rapide, et positive, soit prise. Ils veulent que Delwaide, qui est extrêmement populaire, se présente aux élections communales. Sa femme est élue aux élections communales de 1946, avec un nombre élevé de voix de préférence. Peu après, l'instruction à charge de Delwaide est classée sans suite. La justice estime que Delwaide n'a pas agi 'dans l'intention de nuire' mais dans l'intérêt de la population. Après la Libération, il sera (notamment) encore échevin à Anvers, pendant près de vingt ans.

Bibliographie

Martin, Dirk. « Un bourgmestre entre accomodation et refus ». Jours de chagrin II (1992): 91‑101.

Saerens, Lieven. Vreemdelingen in een wereldstad: een geschiedenis van Antwerpen en zijn joodse bevolking (1880-1944). Tielt: Lannoo, 2000.

Ruys, Manu. « Delwaide Leo ». In Nieuwe Encyclopedie van de Vlaamse Beweging, 899‑900. Tielt: Lannoo, 1998.

Wouters, Nico. Oorlogsburgemeesters 40/44: lokaal bestuur en collaboratie in België. Tielt: Lannoo, 2004

Van Goethem, Herman. « La convention de La Haye, la collaboration administrative en Belgique et la persécution des Juifs à Anvers, 1940-1942 ». Cahiers d’Histoire du Temps Présent/Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, no 17 (2006): 117‑97.


Pour en savoir plus...

291018.jpg Articles Politique du moindre mal Wouters Nico
bso-97-j-bourgeois.jpg Articles Persécution des Juifs sous l'Occupation allemande Schram Laurence
31047.jpg Articles Bourgmestres de guerre Wouters Nico
5825.jpg Articles Collaboration administrative Wouters Nico